Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 15:28

LES EDITIONS TELE JUNIOR : LE FILON

DES SERIES TELE EN BD.

 

A la fin des années 1970, Franklin Loufrani, un ancien journaliste lance les éditions Télé Junior (puis Junior S.A) et créé les revues Télé Parade, Télé-Junior, Télé-BD, Wickie, Les fous du volant et Les visiteurs du mercredi. Tous ces magazines adaptent en BD les séries télévisées du moment à partir de matériel américain (essentiellement de Gold Key puis Charlton détenteurs successifs de la licence Hanna Barbera) mais également de bandes inédites produites par une équipe de dessinateurs et scénaristes français aguerris comme Gérald Forton, Jean-Marie Pélaprat ou Pierre LeGoff et de "débutants" comme Erik Arnoux, Norbert Fersen ou Brice Goepfert.

Télé Junior a également édité plusieurs albums brochés se présentant en général sous la forme de recueils de récits complets des séries publiées dans les différentes revues. L'aventure qui consistait à exploiter la veine des séries pour la jeunesse de l'époque dura 6 ans, à peine le temps d'une petite enfance...

Pour la petite histoire, Loufrani est connu pour avoir proposé des icônes pour les bonnes et mauvaises nouvelles dans France-Soir et ainsi « créé » le premier smiley français en 1971 !

LES REVUES

TELE PARADE

D'emblée, Télé Parade se présente comme « Le journal de Scoubidou et ses amis » ou encore « Le monde fantastique d’Hanna-Barbera » et la revue propose en effet pour l'essentiel des adaptations de dessins animés américains produits pour la télévision dans les années 60-70 par les fameux studios et qui connaissent alors un indéniable succès auprès des jeunes générations. Le magazine est d’abord mensuel puis bimensuel en 1979 au 14ème numéro où il est publié « un mercredi sur deux », le jour des enfants, ce n'est sans doute pas un hasard.

Le magazine a été édité de février 1978 à octobre 1980 (36 numéros) avant d’être absorbé par la nouvelle formule de son grand frère, Télé Junior. Le titre emprunte à l’émission télévisée « Les visiteurs du mercredi » - présentée à l’époque par un certain Patrick Sabatier -qui proposait une séquence appelée « La parade des dessins animés » (principalement du Hanna Barbera) mais il doit sans doute aussi au titre du comic book édité par Charlton Comics en 1971-72, "Hanna Barbera Parade".

Les BD sont donc centrées sur des personnages de dessins animés HB dont Loufrani avait acquis les droits d’exploitation pour la France (ils étaient détenus jusqu’alors par Sagédition). Scoubidou, Mantalo, Momo et Ursul, Hong Kong Fou Fou, Les fous du volant, Les 3 ours, Korg, La vallée des dinosaures, Ding Dang Dong, Mightor, Super Bécane, Clue Club, Shazzan, Tout Doux Dinky : tous ces noms évoqueront des souvenirs émus aux quadragénaires actuels mais on trouve également des bandes comme Wickie, Les aventures de Klicky...le playmobil (!) par Norbert Fersen ou Super Prof par Raymond Faivre.

La revue publie du matériel américain (Pat Boyette, Dan Spiegle) mais aussi français, notamment du scénariste Jean-Marie Pelaprat (alias Guy Hempay qui bossa pour Pilote) et de jeunes dessinateurs comme Erik Arnoux ou Brice Toll (alias Brice Goepfert, plus connu pour la série « Le fou du roi » avec Cothias), deux anciens de Plein Pot une revue qui mixtait BD et moto et de Norbert Fersen pour les dessins et les couvertures. La revue proposait également des jeux, des posters, des autocollants...

Des numéros spéciaux ou hors série existent : Spécial Vacances (20 bis), Spécial Mantalo en 1978, Spécial Noël en 1979, etc. ainsi que des reliures de 4 numéros.

TELE BD

Télé BD est un mensuel assez proche de Télé Parade pour ce qui est de son contenu éditorial, paru du 25 octobre 1978 (1) au 28 février 1979 soit 5 numéros seulement, peut-être parce que justement trop peu différent de Télé Parade...Là encore, le magazine publie des bandes de HB et chaque numéro est centré sur un personnage en particulier : Mantalo, Scoubidou, Mightor, Mumbly, Hong Kong Fou Fou....mais on y trouve aussi Le Prince Saphire d’après un dessin animé nippon, Les Brigades du Tigre et La parade des jeux. L’équipe est à peu près la même que celle de Télé-Parade avec comme principaux illustrateurs Norbert Fersen et Pierre Clément.

LES FOUS DU VOLANT

Il existe au moins un numéro de cette revue bimestrielle consacrée à Satanas et Diabolo et d'autres bandes Hanna Barbera, parue en avril 1980 sous une couverture d'Erik Arnoux. Ce premier (et dernier?) numéro propose Les Fous du Volant par Brice Toll, Diddly la pieuvre par Di Vono, Anderson et Lay, Mumbly et les fantômes Ding Dang Dong par Shaw, Fitzgerald et Lay. D'autres revues éphémères mettant en vedette les héros Hanna Barbera ont été publiées (info Tristan Lapoussière) comme CAPITAINE CAVERNE (3 numéros), MIGHTOR (1 numéro), SHAZZAN (2 numéros)...

LES VISITEURS DU MERCREDI

Ce mensuel publié le 13 septembre 1978 et tiré à 300 000 exemplaires mais dont l'existence ne dépassera pas les 4 numéros (le dernier parait en décembre 1978) publie des bandes Hanna Barbera-quelle surprise ! mais aussi quelques curiosités comme la série réaliste Daarka le viking, écrite par Sacha et dessinée par André Chéret, davantage connu pour avoir illustré Rahan, Arnaël toujours dessinée par Chéret ainsi qu’une adaptation en BD par Goux de Sibor et Bora, les marionnettes de Boris Sheigam, vedettes de l’émission télévisée dont le magazine s’inspire, Super Baby, Cressonette et Dragonet un strip de Sacha distribué par Opera Mundi (2). Jean Ache, Titus, Bodis et Norber Fersen ont également participé à la revue.

WICKIE

Wickie est un mensuel publié pendant 12 numéros, d’août 1979 à juillet 1980 qui s’articule autour du personnage de dessin animé Vickie le viking (Chrisana Viking Vick), inspiré du personnage du romancier suédois Runer Jonsson, comptant 78 épisodes en 1974-75 (Taurus Films/Zuiyô Eizô) diffusés en France en 1979 dans l’émission télévisée « Les Visiteurs du mercredi » sur TF1. Vickie est le fils d’Halvar le chef pas très futé des vikings du village de Flake. Grâce à son ingéniosité, le petit viking résout bon nombre de situations dramatiques rencontrées au cours de sorties en drakkar. Les dessins sont parfois signés Micha ou Roche.

La revue comprend également beaucoup de bandes mettant en scène des personnages estampillés Hanna et Barbera : Momo et Ursul, Moby Dick, Mumbly, Mantalo, Ding Dang Dong (adaptés par le dessinateur Erik Arnoux), etc. Les couvertures sont signées Erik Arnoux. Il existe au moins deux albums brochés de Wickie, « Le voyage mouvementé » et « Le petit esprit vert », parus dans La Collection Télé Parade.

 

TELE JUNIOR

Le titre phare de l’éditeur, c'est bien sûr la revue Télé-Junior (TJ) sous-titrée « le magazine des bandes dessinées de la télévision » qui a connu 3 séries. La revue proposait essentiellement des adaptations françaises de dessins animés et séries télé pour la jeunesse diffusés à l’époque sur Antenne 2 ou TF1 dans les émissions « Récré A2 », « Croque-Vacances » ou « Les visiteurs du mercredi ». Un grand nombre provient des studios Hanna Barbera. A ces bandes venaient s’ajouter interviews et reportages-photos sur les vedettes du moment (stars du petit écran, acteurs de séries télévisées, sportifs, etc.), jeux, posters, programme télévisé (pour la jeunesse), posters et autocollants...

La revue est publiée dans une première version de septembre 1977 à octobre 1980, pendant 42 numéros, passant d'un rythme mensuel à bimensuel à partir du 19ème numéro en 1979 (le 1er et le 3ème mercredi du mois).

Puis, au moins 49 numéros sont édités du 14 octobre 1980 à septembre 1981, à un rythme hebdomadaire le 1er mardi puis mercredi de chaque mois. La revue est alors sous titrée « le magazine des super héros de la télévision en bandes dessinées ». Dès sa sortie, elle absorbe Télé-Parade. A cette occasion, chaque numéro offre 4 vignettes autocollantes de « personnages télé » à coller sur un album offert entre autres par la revue Super-As dans son dernier numéro sous la forme d’un supplément de 16 pages ! On peut y lire une publicité pour Télé-Junior : « Collection les stars de la télé ». Auparavant, Super As, revue alors agonisante a tenté d’attirer de nouveaux lecteurs en proposant des séries télévisées en BD comme Capitaine Caverne dans le n° 85 (Erik Arnoux), Mightor dans le n°86 (Arnoux) et Les fous du Volant par N. Fersen dans les n° 85 et 87 (1980) ou Shazzan mais les ventes ne se redressent pas et c’est l’arrêt de Super-As en 1980 au numéro 87 (3).

Une nouvelle formule de Télé-Junior paraît le 20 octobre 1981, hebdomadaire puis à nouveau mensuelle en juillet 1982. Elle dure au moins 53 numéros (jusqu’en 1983), proposant aux côtés de Goldorak, San-Ku-Kaï ou Galactica de plus en plus de BD déjà vues ailleurs comme Lucky luke, Achille Talon, La jungle en folie, Le Fantôme, Taar ou Buck Rogers et sans grand rapport avec la télévision : la revue perd alors de sa spécificité. Malgré cette ouverture, le titre finira par sombrer au bout de deux ans. Les couvertures sont la plupart du temps de Norbert Fersen. Certaines sont de Pierre Frisano dont c’était déjà la spécialité pour Sagédition.

Des recueils existent ainsi que des Almanachs (1979 (32 bis), 1980), des numéros géants (au moins 3), « spécial Jeux » (n°20 bis) ou des hors-série comme le n°13 bis : Les mystères de l’ouest (couverture de Norbert  Fersen) de 1978 qui présente des bandes dessinées (Les mystères de l’ouest, Prince Noir...) et des jeux animés par Pelaprat et Fersen, etc.
 

articles à suivre : les séries publiées par l'éditeur...

Fabrice Castanet

Une première version de cet article a été publiée dans le fanzine Pimpf mag n°13.

(1) 150 000 exemplaires sont lancés ce jour là

(2) notamment publié dans France-Soir en 1976-79

(3) A noter que la version de SUPER AS vendue par courtage (info Gilles Ratier) d'octobre 1980 à 1983, l'hebdomadaire SUPER J sous-titré « le journal des super-jeunes » édité par France Unide Paris, distribué par la SA Femmes d’Aujourd’hui Bruxelles présente jusqu'au n°99 le même matériel que Télé Junior : Tout doux Dinky, Bajou, Candy, Captaine America, Albator, Hulk, Spider-Man, etc. sans oublier les posters, les autocollants, programmes télé français et les photo-reportages sur les vedettes de l’époque qui pour la plupart font la couverture : Dorothée, Patrick Sabatier, Annie Cordy, Stéphane Collaro, Borg, Johnny Halliday, Les Drôles de dames, etc.

Repost 0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 10:34
Bill Preston est un héros de la policesgt-preston-pepito.jpg montée canadienne qui fait régner l’ordre dans les années 1890 avec l’aide de son chien Yukon King et de son cheval Rex. Le comic book Sergeant Preston of the Yukon a été créée dans les années 50 aux USA par l'italien Alberto Giolitti auquel on doit notamment de nombreux épisodes de Turok, Star Trek ou Tex Willer.
preston.jpeg
La BD s'inspire d'un célèbre show radiophonique outre-Atlantique (1947-55) crPRESTON.jpgéé par G.W Trendle et Fran Striker (auteurs de "Lone Ranger" et "The Green Hornet" qui furent également adaptés en bande dessinée)  puis télévisé (78 épisodes de 1955 à 1958) avec l’acteur au physique de Clark Gable, Richard « Dick » Simmons.

Le Comic Book édité par Dell Comics (Western Publishing) compte 29 numéros d'août 1951 à décembre 1958. Cette série fut publiée en France dans le petit format "Pépito " dès 1959 (1) mais fut surtout présente dans de nombreux numéros du digest d'aventures "Jim Taureau".

Fabrice Castanet

(1) n°110 (couverture) du 30 avril 1959 : Comment Preston est devenu sergent
n°111 : L'homme de la caverne (Sergent Preston # 3, novembre 1955)


Tags : Sergent Preston, Sergeant Preston of the Yukon, Dell Comics, Western Publishing, Alberto Giolitti, comic book, Yukon, Mountie, Pépito, Sagédition, Fran Striker, Jim Taureau, Tex Willer, Star Trek
Repost 0
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 18:49
Après quelques années passés à publier du matériel italien humoristique dans la même veine que son héros titre (souvent, issu de l'éditeur milanais ALPE), le petit format "Pépito" succomba dès 1959 à la mode de la série TV adaptée en comic book (la télévision était un nouveau média en plein essor) : et là, l'essentiel de la production venait d'outre-atlantique via l'éditeur Western Publishing : il y eut Rintintin, qui fut un succès tel que le personnage eut sa propre revue pendant plus de vingt ans, il y eut Aigle Noir et aussi...Fury (et Joe) qui débuta au n°116 enfury-cover.jpg août 1959.

Fury est un étalon noir, héros d'une série télévisée américaine diffusée par la NBC de 1955 à 1960 : c'est le meilleur ami d'un orphelin, Joe (Joey) interprété par Bobby Diamond qui vit dans un ranch...voici qui fait penser à une célèbre BD de Frank Goodwin des années 40, Rusty Riley!

C'est le dessinateur TOM GILL (1), fameux pour avoir illustré des années durant le mythique LONE RANGER qui adapta le show TV pour Dell Comics dans la revue "Four Color" (2) puis chez Gold Key en 1962.

Une version italienne, Furia fut publiée également par Sagédition (dans "Rintintin et Rusty", notamment) sous le titre Jim et Eclair (dessins de Giovanni Crivello, Corrrado Musap et Luciano Milano).

Fabrice Castanet.fury.jpg


INDEX
Pépito (1re série)
n°116
n°118 : Une périlleuse expédition
n°126 (couverture) : Sabotage chez les bucherons
n°129 (couverture) : Un rodéo mouvementé
n°131 : Terreur dans la ville fantôme (Modern ghost town?)
n°133-34 : Le puma à trois doigts


(1) Le dessinateur américain TOM GILL, connu pour avoir illustré le fameux Lone Ranger pendant plus de 20 ans est né en mai 1913 à Brooklyn où il a passé toute son enfance, soit bien loin des grands espaces de l’ouest qu’il dessinera ensuite avec talent. A ses débuts, en 1943, il intègre le staff du "New York Daily News" où il dessine la première carte relatant l’attaque Japonaise de Pearl Harbor. Il illustre ensuite des livres d’enfants puis pour Novelty Press des bandes dans "Target Comics" et des épisodes de Blue Bolt entre 1943 et 1946 dans le Comic Book éponyme de Joe Simon et Jack Kirby dont il réalise également des couvertures. En 1947, il travaille brièvement dans la revue catholique "Topix". Par ailleurs, il écrit et dessine les strips de Flower Potts de 1946 à 1949 pour le "New York Herald Tribune" et divers récits pour les journaux. A partir de 1948-49, Gill se tourne résolument vers le comic book en free-lance, illustrant la bible, des récits d’amour, de guerre, etc. L’année 1950 marque le tournant de sa carrière : il est choisi par la Western Publishing (Dell puis Gold Key) pour adapter en comic book le mythique Lone Ranger (il le dessinera jusque dans les années 70!), sur des textes de Paul S. Newman (et parfois Gaylord Dubois). Il tomgill2.giffonde alors le studio Tom Gill avec des assistants comme Jim Christiansen pour le suppléer. Le Lone Ranger est un héros très populaire aux Etats-Unis : ce ranger masqué d’un loup noir, accompagné du fidèle indien Tonto et de son cheval Silver a été créé en 1933 pour une émission de radio par Francis H. Striker et adapté en comic strip 5 ans plus tard par Ed Kressy puis surtout Charles Flanders. Il a été publié en France dans Jumbo, Donald, Hop-La...Par la suite, il est le héros de nombreux serials et d’une série télévisée dont s’inspire le comic book. On peut lire en France les aventures du cavalier masqué par Tom Gill dans les revues de Sagédition comme Le Roi de la prairie ou Roy Rogers. Toujours pour la Western Publishing, Gill dessine Hi-Ho Silver (Cyclone, le cheval du Lone Ranger, également publié par Sagédition..., Gill était d’ailleurs connu pour dessiner les chevaux avec talent : avant cela, avait-il coutume de rappeler, il avait acheté pour 1 dollar et bien étudié le livre «How to Draw Horses: It's Fun and It's Easy »!), Fury, un autre fameux étalon inspiré d’une série télévisée (publié notamment dans Pépito), Indian Chief en 1954, Cisco Kid en 1956, Cheyenne (1956-61), Sherlock Holmes avec Charles Verral (1957), divers récits dans "March of Comics" et "Four Color" entre 1958 et 1962 dont les adaptations du western Last train from Gun Hill en 1959 (texte de G. Dubois) ou du film The story of Ruth en 1960 (texte de Dubois), l’adaptation de la série télévisée Bonanza (avec Dubois) d’abord dans "Four Color" à partir de 1960 puis dans son propre titre, Bonanza de 1962 à 1970 (32 numéros). En France, la série est éditée par Sagédition dans la revue "Bonanza" entre 1965 et 1974, dans la Collection Vedettes TV (1976 et 1979) et dans Rintintin et Rusty de 197300px-Fury1133mar07.jpg6 à 1984 (rééditions). Suivent Bedrock Barnes un spin-of de Bonanza, "Boris Karloff Tales of Mistery" à partir de 1962, Twillight Zone (1962-72), Runaway dans "Movie Classics" en 1965, l’adaptation du film Those magnificant men in their flying machines en 1965, The Man from Uncle en 1966, divers récits dans "Ripley’s believe it or not" entre 1966 et 1979, le super héros The Owl sur des textes de Jerry «  Superman » Siegel en 1967-68, The Time Tunnel (Au coeur du temps dans Bonanza chez Sagédition) en 1967, différentes histoires dans "Mistery Comics Digest" de 1972 à 1975...Pour l’éditeur Timely Books (futur Marvel), Tom Gill a dessiné au début des années 50 Kent Blake, The Apache Kid, Red Warrior (1951) et Wild Western (1952). Pour Toby Press, il anime le western Billy the Kid en 1951. Pour Charlton, il a signé divers récits dans "Haunted love" (1973-75), "Many Ghosts of Dr Graves" (1973-75), "Ghost Manor" en 1973, "Ghostly Haunts", "Ghostly Tales" (1973-84) et "Haunted" de 1975 à 1984.
Pour Marvel Comic Group, il dessine Western GunFighters en 1972, Tales of the mysterious travelers avec Dikto et en 1973-74, Skull the destroyer en 1974, des récits dans "Marvel two in-one" en 1979 et "What if ?" en 1979-80.
Dans les années 80, il travaille pour les éditions First sur des titres du scénariste Peter B. Gillis : Mars en 1984, Starlayer en 1984-85, First Adventures en 1986 et Grimjack en 1987. Pour DC, il illustre Tailgunner Jo en 1988-89.
A la fin des années 80, il travaille à nouveau pour Marvel sur Dr Strange (1988-89) et Avengers Stoplight (1989).
A partir de 1947, il devint professeur à la "School of Visual Art" et certains de ses étudiants l’ont assisté avant de voler de leurs propres ailes tels Joe Sinnott, Herb Trimpe ou encore John Verpoorten.
Tom Gill est décédé le 17 octobre 2005 à l’âge de 92 ans, d’une crise cardiaque à son domicile de Croton-on-Hudson à New-York. Il laisse une veuve, Patricia (Trish), une fille Nancy Zaglaluer, un fils, Tom, quatre petits-enfants et trois arrières petits-enfants.

(2) Parutions US : Four Color # 781,885,975,1031,1080,1133,1172,1218 et 1296.

Tags : Fury, Tom Gill, Pépito, Western Publishing, NBC, Show TV, Comic Book, Série télévisée, cheval, pur-sang, étalon, orphelin
Repost 0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 20:18
La nouvelle équipe (Mod Squad) est un comic book édité par Dell Publishing pendant 8 numéros entre janvier 1969 et avril 1971. Le graphisme est assuré par José Delbo.

La série fut publiée en France par l'éditeur Sagédition dans ses revues "Vedettes TV présente" et "Bugs Bunny".

La série télévisée de 124 épisodes produite par Aaron Spelling a été diffusée entre 1968 et 1973 sur ABC mais si elle fut une série culte aux Etats-Unis, elle rencontra moins de succès en France où elle fut diffusée sur la deuxième chaîne en 1971. Les acteurs Michael Cole, Clarence Williams III et Peggy Lipton interprétaient de jeunes délinquants de Los Angelès regroupés en équipe par le capitaine de police Adam Greer campé par Tige Andrews pour lutter contre le crime : c'est la Mod Squad, dans une atmosphère très « seventies ». Pete Cochran, un black de Harlem a volé une voiture,  Linc est un jeune héritier arrêté pour émeutes et Julie Barnes, une jeune fugueuse dont la mère s'est prostituée.

La série a donné naissance en 1999 à un film de Scott Silver passé plutôt inaperçu...

Fabrice Castanet

Index non exhaustif (merci à JM Razer)
  • Vedettes TV présente
  • Bugs Bunny 3e série n°174
  • Bugs Bunny magazine géant n°45, 50 : « Tueurs embusqués » (1981)
  • Titi géant n°71.
  • Collection TV, un album broché en octobre 1977
Repost 0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 10:39
AIGLE NOIR  fut une revue mensuelle de bandes dessinée éditée par Sagédition durant 40 numéros de décembre 1960 à août 1964.

 

Certaines couvertures sont de Carlo Marcello (n°34) ou Fernando Fusco (37,39,40), deux artistes majeurs de l'éditeur français.

La série titre de la revue est bien entendu Aigle Noir, héros indien dessiné par l'américain Dan Spiegle puis repris pour la France par le scénariste Luigi Grecchi avec des illustrations de Fusco ou Vladimiro Missaglia.


C'est un western inspiré de la série télévisée américaine Brave Eagle diffusée par CBS en 1955-56. Elle relate les aventures de l’indien Aigle Noir, interprété par Keith Larsen, grand sachem des Cheyennes, un chef « bon et avisé qui dirige sa tribu avec sagesse dans le respect des traditions et du code de l’honneur Cheyenne » et  dont le rêve est de faire régner la paix entre les tribus et de vivre en harmonie avec l'homme blanc , quitte à lutter pour faire respecter par l’homme blanc les traités qu’il a signés. Cet habile stratège est accompagné au cours de ses aventures par son fils adoptif, l'intrépide Keena, son amie Perle de Rosée (Morning Star) et le père de cette dernière, Smokey le Sage (Smokey Joe). C’est la première fois qu’un indien est le héros principal d’une série télévisée. Elle a été adaptée par Dan Spiegle pour Dell Publishing de 1956 à 1958 soit 10 épisodes publiés dans 5 numéros du comic book "Four Color" (n°705,770,816,879 et 929) puis, pour la France - faute d’épisodes suffisants - par Fernando Fusco. Certains récits sont des frères Missaglia. Avant d’avoir son propre titre, la série a été intitialement publiée en France dans les revues Pépito et Pépito Magazine à partir de mars 1959 (épisodes de Dan Spiegle). Puis, la revue Aigle Noir propose du n°1 au n°8 des rééditions des épisodes déjà publiés dans Pépito et, rapidement, dès le 5ème numéro en 1961, des inédits de Fusco et quelques bandes des frères Missaglia (voir index en fin d'article).

A l’arrêt de la revue,
en 1964, Fusco poursuit les aventures du héros avec de nouveaux épisodes inédits dans Pépito n°238 à 247 (1964-65). La série sera ensuite rééditée dans Whisky et Gogo à partir de 1971 et surtout dans Rin Tin tin et Rusty 2ème série (1972-84). En album broché, on retrouve Aigle Noir dans la collection « Aventure et Mystère » qui reprend des récits de Fusco datés de 1961 (Aigle Noir et Ling Fu le trafiquant, 20/11/1973).


Fabrice Castanet

 

Index:

  • Aigle Noir (tous les n°, voir l'article sur la revue)
  • Rintintin et Rusty 2e série : rééditions d'épisodes dessinés par Fusco entre 1972 et 1984. Quelques épisodes sont signés des frères Missaglia. Numéros : 23, 24, 28, 32, 75-76, 82, 84, 86, 87, 90, 91, 93, 94, 97, 99, 106, 109, 113, 117, 120, 123, 128, 133, 140, 145, 146/7, 149/50, 153, 162, 173, 177, 178-9.
  • Pépito (1re série) n°104,107,108,110,113,115,117,119,121,123-124 par Dan Spiegle puis n°238-245 par Fernando Fusco.
  • Whisky et Gogo (rééditions)
  • Aigle Noir et Ling Fu le trafiquant (rééditions)

Tags: Aigle Noir, Brave Eagle, Dan Spiegle, Fusco, Sagédition, Sagé, Dell Comics, Comic Book, western indien bande dessinée, série télévisée américaine

Repost 0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 00:00

 

Star Trek, série culte de SF de Gene Roddenberry interprétée par William Shatner et Leonard Nimoy fut traduite dans les premiers temps à la télévision française sous le titre « La Patrouille du Cosmos » ! Cette série, diffusée sur NBC de 1966 à 1969 donna naissance à une longue franchise cinéma et télévision. Elle relate l’exploration du cosmos par le vaisseau spatial "Enterprise", commandé par le Capitaine Kirk entouré d’un équipage pour le moins cosmopolite : le vulcain aux oreilles pointues et à la logique inhumaine Spock, le Dr Mc Koy, l’enseigne russe Chekov, l’asiatique Sulu, etc. Chaque épisode propose la rencontre d’un monde ou d’êtres nouveaux et la résolution par l’équipage des problèmes ou intrigues qui en découlent : de la bonne SF cérébrale, contrairement aux idées reçues.

 

La série donna bien sûr lieu à une franchise BD produite par Gold Key de la Western Publishing Corp. , éditée sur 61 numéros entre 1967 et 1977, longévité remarquable pour le genre.
En France, elle a été partiellement et brièvement publiée en France par l'éditeur Sagédition dans la 2ème série de la revue Rintintin et Rusty en 1978 et surtout dans sa propre revue aux éditions des Remparts.

Les deux premiers épisodes sont dessinés par l'italien Nevio Zeccara en 1967-68, rapidement relayé par son compatriote italien Alberto Giolitti (Turok, Tex Willer) entre 1968 et 1976. Les dessins sont parfois encrés par Alden Mc Williams ou par Giovanni Ticci (Tex Willer), membres du studio créé par Giolitti. Le graphisme est ensuite dû pour l’essentiel à Alden Mc Williams de 1976 à 1979 sur des textes de Len Wein, George Kashdan, Arnold Drake, Doug Prexler ou John Warner. Chez Sagédition, la bande dessinée possède son propre fascicule dans la collection Présence de l’avenir : 3 numéros furent publiés entre 1980 et 1983 (Le chemin des étoiles/Le voyageur du cosmos/Les mutinés de l’espace). On notera enfin que Star Trek a été adapté plusieurs fois en bande dessinée, notamment par Marvel.

Les épisodes publiés dans Rintintin 2ème série :

N°103 : « Le chemin des étoiles » suivi de « La planète sans retour » par Zeccara (The Planet of No Return  publiée dans le comic book Star Trek n°1 en juillet 1967).

N°104 : « L’astéroïde du diable » suivi par « Le secret du bagne astral » par Zeccara (The Devil's Isle of Space, dans Star Trek n°2, mars 1968)

N°106 : « Le legs de Lazarus » par A. Giolitti ("The Legacy of Lazarus" dans Star Trek n°9 en février 1971)

N° 107 : « Les jumeaux suprêmes » suivi par « Une idée de génie » par Alberto Giolitti .

Fabrice Castanet 


Tags: Star trek, Alberto Giolitti, Sagédition, Spock, Série Télévisée, BD, éditions des Rempars
Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 18:53

INDEX de la série Les Robinsons de l'espace

Collection Aventure et Mystère en 1976, 1977 et 1979 (
1976: Space Family Robinson # 11 et 36/1977: SFR  (1) #31 et 44/1979 SFR 18-19-20-21).

RINTINTIN ET RUSTY 2E SERIE

  • N°25 : Les hors-la-loi de Gorko par Dell Connell/Dan Spiegle (The challenge of Gorko in Space Family Robinson # 1, 12/1962)
  • N°26 : Sauvetage sur l’astéroïde 48 par Dell Connell/Dan Spiegle (Rescue on asteroïd 48 in SFR (1)  # 1, 12/1962)
  • N°27 : Perdus dans l’espace, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Lost in Space in SFR 2, 03/1963)
  • N°30 : La planète préhistorique, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Préhistoric Planet in SFR 4, 09/1963)
  • N° 32 : Le brouillard des mirages, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (The mist of delusion in SFR 5, 12/1963)
  • N°34 : Prisonniers du cosmos, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Prisonners of Space in SFR 16, 04/1966)
  • N°36 : Copies conformes, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (The duplicates in SFR 6, 02/1964)
  • N°38 : Les mangeurs de métal, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Menace of the metal eaters in SFR 15, 01/1966)
  • N°50 : Le gouffre fatal par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (The Pit of Doom in SFR 13, 07/1965 )
  • N°51/2 : Péril sur la planète Zéro par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Peril on planet Zero in SFR 3, 06/1963)
  • N°53 : La rivière de feu, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (River of fire in SFR 17, 07/1966)
  • N°55 : Le choc des astres par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Accident in Hyper-Space in SFR 40, 07/1974 ? ?)
  • N°58 : Prisonniers du cerveau par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Prisoners of the Brain in SFR 27, 04/1968)
  • N°59 : Les prisonniers, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (The captives in SFR 26, 02/1968)
  • N°62 : Les géants, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Space Giants in SFR 35, 08/1969)
  • N°65 : Les monstres attaquent, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Attack of the planet creaturs in SFR 30, 10/1968)
  • N°67 : La planète captive, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Captive Planet in SFR 10, 10/1964)
  • N°70 : Le missile désintégrant, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Tracked by the Doom Missile in SFR 34, 06/1969)
  • N°73 : L’arme ultime par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (The ultimate weapon in SFR 32, 02/1969)
  • N°82 : Le piège stellaire par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Star-Trapped in SFR 14, 10/1965 )
  • N°85 : Le dangereux voyage, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (The dangerous journey in SFR 7, 04/1964)
  • N°88 : L’arche de non retour par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (The Arch of no return in SFR 33, 04/1969)
  • N°90 : Au pays des plantes pieuvres par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (The creeping greens in SFR 9, 08/1964)
  • N°92 : Danger sur la planète 4, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Peril on planet four in SFR 8 , 06/1964)
  • N°93 : Le sauvetage, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Trapped in space in SFR 43, 04/1975)
  • N° 96 : Les Robinsons perdus dans l’espace : Prisonniers des robots ! par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Lost in space on space station one in SFR 37, 10/1973)
  • N°98 : La menace blanche, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (The formless foe in SFR 29, 08/1968)
  • N°100 : Guerre spatiale, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (War in space in SFR 46, 01/1976)
  • N°108 : Le monde caché, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (The hidden world in SFR 42, 01/1975)
  • N°110 : La planète des monstres, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Planet of monsters in SFR 45, 10/1975)
  • N°114 : Les pirates des Astéroïdes, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Pirats of astéroïds in SFR 48, 08/1976)
  • N°116 : La peste du cosmos, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Plague Ship in SFR 50, 01/1977)
  • N°119 : La cité en orbite, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (City in orbit in SFR 51, 04/1977)
  • N°120 : Séquestrations spatiales par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Planet of monsters in SFR 45, 10/1975)
  • N°122 : Alerte sur la Planete 4, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Crisis on planet 4 in SFR 39, 04/1974)
  • N°127 : La guerre des géants, par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Battle of Giants in SFR 41, 10/1974)
  • N°131 : La planète captive (réédition)
  • N°144 : L’exilé de la 3e planète par Gaylord Dubois/Dan Spiegle (Crash Course with Planet Three in SFR 36, 10/1969 ?)
  • N°157 : Le sauvetage (réédition)
  • N°158/9 : Le dangereux voyage (réédition)
  • N°163 : L’exilé de la 3e planète (réédition)
  • N°167 : Au pays des plantes pieuvres (réédition)

    (1) : SFR=Space Family Robinson

    FABRICE CASTANET  (aidé par JM Razer)

 

 
Repost 0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 18:24

LES ROBINSONS DE L’ESPACE  (ou Les Robinsons perdus dans l’espace)

 
Cette série américaine titrée tout d’abord Space Family Robinson a été publiée pour la première fois en décembre 1962 aux USA par l'éditeur Gold Key


Les scénarios originaux sont de « l’éditor » Del Connell puis rapidement de Gaylord du Bois et les dessins de Dan Spiegle. Gold Key Comics publie essentiellement des bandes dessinées à partir des licences d’autres médias (Walt Disney, avec les fameux comics de Carl Barks, Warner Bros, Walter Lantz’s Studio, etc.) mais l'éditeur a produit également quelques rares séries originales comme Dr Solar et Mighty Samson ; une des plus longues et plus connues est sans conteste Space Family Robinson. Selon une légende, c’est Carl Barks (le mythique créateur de Picsou) qui aurait eu le premier l’idée de transplanter dans l’espace l’intrigue de Swiss Family Robinson (que Disney venait justement d’ada
pter au cinéma). Toujours selon la légende il en aurait fait part à « l’éditor » Chase Craig qui apprécia l’idée et lança la série

 


En France, elle fut traduite par Sagédition à partir du numéro 25 de la 2ème série de Rintintin et Rusty dont elle fait la couverture.

En 2001, à bord de la 1ère station spatiale lancée depuis la Terre pour coloniser Alpha Centuri (avec un environnement spacieux un dôme d’observation, des jardins un solarium etc.), la famille Robinson (Craig le père, June la mère, deux scientifiques, Tim et Tam les enfants, Clancy le chien et Yakker le perroquet) s’est perdue dans la galaxie suite à une tempête cosmique. A l’image des protagonistes de Star Trek la famille découvre des mondes nouveaux et affronte des dangers singuliers à chaque escale de son long chemin pour tenter de regagner la Terre.



En 1965, la BD fut adaptée (plus ou mains frauduleusement d’ailleurs !) le 15 octobre 1965 par
Irwin Allen sous le titre Lost in Space sur CBS. Les noms des protagonistes sont différents (le père Guy « Zorro » Williams se prénomme John, les enfants Judy et Will, etc.), la station ne s’appelle plus Space Station One (aka K-7) mais Jupiter II et elle introduit de nouveaux personnages tel Mark Goddard (joué par Don West oui, oui, le Batman de la télé !), un robot et le Docteur Zachary Smith (interprété par Jonathan Harris) un espion étranger qui se retrouve embarqué avec eux suite au sabotage qu’il a provoqué et qui a entraîné la dérive de la station. Dès lors, le Comic Book pour bénéficier de l’impact de la série TV (juste retour des choses au vu du plagiat éhonteusement pratiqué) s’appelle Space Family Robinson lost in space à partir du 15ème épisode (janvier 1966). 

Si la série télévisée prend fin en 1968, le Comic Book va durer jusqu’en 1969 avec au scénario un nouveau venu, Gaylord Du Bois et la revue inclura le temps de quelques numéros une nouvelle série de Spiegle et Connell, Captain Venture à partir du numéro 6 (et qui aura son propre titre). Après un premier arrêt en 1969, la revue redémarre en 1973 sous le titre de Space Family Robinson on space Station One jusqu’en 1978 puis 1982 sous la forme de rééditions Au total elle compte 59 épisodes auxquels il convient de rajouter 4 aventures publiées dans March of Comics.

 

 

Notons qu'en 1998 est sorti sur les écrans un film « Lost in Space » qui relate les aventures de ces Robinsons modernes (ben oui leur patronyme ne doit rien au hasard) avec William Hurt, Matt Le Blanc (le Joey de la série Friends) et le protéiforme Gary Oldman.

Fabrice Castanet 


Bibliographie: Site Toonopedia, Pimpf Mag n°7

  Index de la série en France

Tags : Gold Key, comic book, Space Family Robinson, les robinsons de l'espace, Dan Spiegle, Western Publisihng

Repost 0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 15:42

Certains d'entre vous connaissent bien la série de super-héros, The Invaders regroupant Captain América, Submariner et d'autres héros contre l'axe du mal Hitlerien. mais il existe un comic-book homonyme adapté d'une série de télévision. En 1970, les jeunes lecteurs de la revue Rintintin et Rusty  (n° 2,5)  et Rintintin Poster (n°4 en 1978) ont pu lire cette adaptation en BD, plus tard rééditée dans la collection Vedettes TV (1975) de la série télévisée américaine hautement paranoïaque " Les envahisseurs ", diffusée sur ABC sous le titre original " The Invaders ". série de SF, créée par Larry Cohen et produite par Quinn Martin n’a duré que 2 saisons aux Etats-Unis entre 1967 et 1968 mais elle a considérablement marqué les esprits. Bref, elle est culte. David Vincent joué par Roy Thinnes les a vus et ce bien avant Mulder et Scully ! Mais qui donc ? Les Envahisseurs bien sûr, autrement dit des alien extraterrestres qui, pour conquérir la planète, ont pris apparence humaine (à part le petit doigt, ils sont parfaits !)...Les épisodes publiés par Sagédition proviennent des Comic Book édités par GOLD KEY le temps de 4 numéros entre 1967 et 1968 (1), tous illustrés par Dan Spiegle à qui on doit entre autres des épisodes de Korak, le fiston de Tarzan...mais aussi de Scoubidou, autre star télévisuelle. 

les-envahisseurs292-copie-1.jpg

Fabrice Castanet

(1) 
 The Vanishing Mountain, 1967/The Orbit of Doom, 1967/The Moontilters, 1968/The Doms Day Window, 1968


Tags : The Invaders, Les envahisseurs, Dan Spiegle, Comic Book, série télévisée en BD, Gold Key, Sagédition, Rintintin et Rusty

Repost 0
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 14:20

La grande vallée (The Big Valley en V.O) est une série télévisée américaine comme on en faisait pas mal à l’époque : le cadre était celui du western, genre alors très populaire (maintenant c’est le policier, il n’y a qu‘à voir le succès des "Experts"...).
la-grande-vall--e291.jpg




Diffusée de 1965 à 1969, la série relate la vie de la famille Barkley, composée de fortes personnalités comme la chef de famille Victoria interprétée par la grande actrice de cinéma Barbara Stanwyck, petit bout de femme énergique et
déterminé qui dirige d’une poigne de fer son vaste domaine californien de Stockton avec ses 5 enfants déjà adultes dont Nick (Peter Breck), Audrey jouée par Linda Evans (starisée par la suite dans " Dynastie ") et Harry qu’interprète le débutant Lee Majors (futur héros de la série " L’homme qui valait trois milliards "...qui sera aussi adaptée en BD).

Bref, les points communs avec sa devancière Bonanza ne manquent pas. La série a bien entendu connu une adaptation en bande dessinée produite par DELL COMICS de juin 1966 à octobre 1969 (6 numéros). Les scénarios sont signés Paul S. Newman et parmi les dessinateurs on retrouve Franck Bolle, Bob Jeanney puis rapidement Franck Springer. En France, elle est parue dans la collection Vedettes TV en 1977 ainsi que dans les revues Amok, Le Roi de la prairie et Rintintin et Rusty (1968-69) de l’éditeur Sagédition.


Fabrice Castanet.

Tags : Big Valley, la grande vallée, BD série télévisée, Sagédition, Franck Springer

Repost 0

Comics Vintage

  • : Comics Vintage
  • Comics Vintage
  • : Blog de Fabrice Castanet. Une encyclopédie de la BD populaire, d'autrefois celle qu'on lisait enfant : petits formats, illustrés, BD de kiosque et autres magazines. Ce blog est une modeste contribution à la connaisance (encore imparfaite) du monde de la BD populaire... Tout article de ce blog qui sera repris ailleurs nécessitera que l'auteur (Fabrice Castanet) et ce blog (lien obligatoire sur la toile) soient cités. Merci de votre compréhension.
  • Contact

Profil

  • Kastet
  • Dessinateur pour la Depêche Vétérinaire et Le Rapporteur (site Vétérinet), Le Cherche-Midi.
Articles sur la BD dans Pimpf Magazine, sur le blog "Comics Vintage".
  • Dessinateur pour la Depêche Vétérinaire et Le Rapporteur (site Vétérinet), Le Cherche-Midi. Articles sur la BD dans Pimpf Magazine, sur le blog "Comics Vintage".

Recherche

Archives