Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 17:41
Voici l'avant-dernier du dossier consacré à L'Intrépide, hebdomadaire de BD édité par Cino del Duca après la seconde guerre mondiale...
dicky.jpg
"L'Intrépide Nouvelle série" a proposé beaucoup de séries françaises dans la lignée de ses prédécesseurs, « L'astucieux » et « L'Intrépide » 1ère série. Nombre des dessinateurs travaillant alors pour l'éditeur Cino del Duca étaient véritablement talentueux et avaient déjà oeuvré dans la revue "Tarzan" par exemple.  Peu à peu, sans doute car de coût moindre, les bandes italiennes issues  du cousin transalpin « Il Intrepido » prendront le pas sur les séries françaises et des auteurs comme Giffey, Bourlès ou Bob Dan se retrouveront hélas relégués aux récits complets. Dans les dernières années, peu de nouveautés issues des rangs français, sinon de Fernando Fusco...italien d'origine (La flèche brisée)
Voici un petit récapitulatif de séries qui enflammèrent l'imagination des jeunes lecteurs de l'époque sur des ceguy1.jpgntaines de planches, à raison souvent de deux pages par numéro...Quasiment aucune ne fut publiée en album.
Guy l'intrépide par Roger Burty puis Noël Gloesner sur des textes de Lucien Bornert puis P. Lacôme,  A.M. Capella et Jacqueline Hérisson en 1954 (n°181-309, 314-376). C'est la suite des aventures héroiques d'un personnage d'aventurier créé dans « Tarzan » : Guy le Hardy s'engage dans la résistance quand ses parents sont envoyés à Buchenwald et y gagne par ses exploits son surnom de Guy l'intrépide, il poursuit ensuite ses aventures comme agent secret...

Handjar le justicier est un prince détrôné du royaume de Lysong qui devient un corsaire et combat l'usurpateur Palang et les espagnols : ce récit haletant publié du n°120 au n°273 fut imaginé par Yves Dermèze et Jacques Souriau entre 1952 et 1955.  Il fut réédité dans le pocket « Bambino » du même éditeur.
handjar.jpg

Sabre au clair par Lucien Bornert et Raymond Cazanave est une biographie du Maréchal de Lattre de Tassigny publiée durant l'année 1952 aux n°123-135.
Marco gars du voyage est une bande déjà présente dans la 1ère série de « L'Intrépide » (à partir du n°34, en 1949) par Lucien Bornert et André Galland qui succède à René Giffey au n°27. Elle a été publiée aux n°1-239 de la deuxième série de « L'Intrépide » entre 1949 et 1954. Marco Stinelli, jeune garçon roux voue une passion pour le cirque et, à force de persévérance, devient l'associé d'un patron de cirque, Giordano. Il voyage à travers le monde et combat les japonais pendant la deuxième guerre mondiale.
marco.jpg
Dicky l'intrépide est une bande animalière humoristique publiée aux n°333-594 (elle fait la couverture jusqu'au 380). Elle se présente sous la forme de gags en une planche et parfois d'un récit à suivre comme "Dicky en Amérique" ou "Dicky chevalier". Créé en 1955, Dicky est un ourson humanisé avec casquette et sourire permanent qui fut la star humoristique de l'hebdomadaire (après Bugs Bunny).
Il est dessiné par Robert Moreau, et il eu a par ailleurs chez le même éditeur sa propre revue de 1955 à 1963 (« Dicky le fantastique », 75 numéros) et une série d'albums brochés entre 1963 et 72. Il migra dans « Paris Journal Junior » après la disparition de « L'Intrépide ».
Les fils du vent : aventures maritimes par Jean Prado et Bob Dan aux n°28-311 (1950-55). Après guerre, 3 adolescents orphelins Paul, Robert et Jean remettent en état un vieux bateau, « L'hirondelle des mers » avec le concours du vieux Capitaine Jo et se livrent à une course au trésor endiablée contre les anglais Turner et Macriq.
fils-du-vent.jpg
Davy Crockett est un trappeur ami des indiens et qu défend les colons, dessiné avec son éternel bonnet de loutre par Etienne Le Rallic en 1955-64 (n°338-587). Il fut réédité dans le pocket « Buffalo Bill » du même éditeur. Plusieurs aventures se succèdent à un rythme endiablé : Davy Crockett et le secret des indiens creeks, Davy Crockett et le gri-gri du shérif, Davy Crockett et la terre des flammes, Davy Crockett et le globe de feu, Davy crockett et la merveilleuse perle noire, Davy Crockett au secours du shérif, Davy Crockett et le joyau de la grotte puis Davy Crockett et l'aigle des grands bois.
davycrockett.jpg
Steve Hollyghan mis en images par Jean Sidobre est un courageux journaliste fumeur de pipe qui enquête pour l' »Express Magazine » sous les ordres du mystérieux Morgan, assisté de la ravissante Ethel, l'action se déroulant dans les USA des fifties (le héros semble inspiré de Rip Kirby). Ses premiers exploits sont publiés aux n°472-491 puis « L'Intrépide » propose « Stève Hollyghan mène l'enquête » (522-540) suivi de « Steve Hollyghan et le mystérieux Vanlay » (548-567). Jean Sidobre illustra également bon nombre de couvertures de la revue (voir première partie).
Flash x-1 agent secret inflashx1.jpgternational relate les banales aventures d'un espion accompagné de son fidèle ami, Quito, dessinées par Fernando Fusco en 1959 dans deux récits : « Mystère en Colombie » (n°513) et « L'énigme du temple hindou » (n°528).
Robin des Bois est une des nombreuses adaptations en BD des aventures du fameux archer par Pierre Dupuis publiées en récits complets aux n°569,572,574,577,582,588,593 et en récits à suivre dans « Hurrah! » (par Jacques Souriau) puis « Télé Jeunes » (1960-63).robindesbois.jpg
Cadet Rousselle est un récit de cape et épée par J. Halain, J.P Lacroix et Le Rallic d'après le film d'André Hunnebelle, publié aux n°272-311.
cadet.jpg
Pitt et Roky est une bande humoristique de Rochelle (n°456-561). Deux journalistes, l'un blond, é lancé, courageux, l'autre, petit, brun et peureux se retrouvent dans le passé à l'époque des mousquetaires puis des gaulois et doivent affronter toutes sortes de mystères.pitt-et-roky.jpg
Buffalo Bill est la version des aventures du fameux chasseur de bisons par René Giffey (1946-54), sur des textes de George Fronval, Maurice Limat en 1952 puis Jacqueline Hérisson en 1953, Jean d'Alvignac, pseudonyme de Lucien Bornert, Anne-Marie Capella, Jean Prado ou Martial Bouin (ouf!). Elles débutèrent dans « Tarzan » à la fin de l'année 1946 puis se poursuivirent dans « L'Intrépide » deuxième série en mai 1952 (après la fusion des deux titres) aux n°132-483 et dans le n°565 (« L'extraordinaire exploit de Buffalo Bill », en 1960). Ici, William Cody est l'ami des indiens, un brave justicier qui protège la veuve et l'orphelin, dessiné dans un style élegant, raffiné et réaliste. On le retrouve aussi dans petit format homonyme en 1958-62, dans la collection « Les aventures illustrées » (1948-49) et plus tard en albums chez Futuropolis en 1979 (3 albums).
buffalo-bill.jpg
(pour l'honneur) L'insaisissable par Rémy Bourlès (débuts dans « Tarzan ») est un classique récit de résistance dans l'immédiat après-guerre dont était alors friand le jeune lectorat (n°132-135). Jacqueline Hérisson a participé au scénario en 1954.


Tom au pays des découvertes (petit chien auquel l'oncle Cyprien explique une découverte, un évenement historique, etc) puis Tom au royaume des découvertes (un jeune garçon en photo intégré aux dessins remplace Tom)  puistom Tom découvre à partir du n°473 (à nouveau un petit bonhomme dessiné, cette fois)  par Claude Astier ou G. Carrier (texte) et Rochelle (dessin) avec un bref intermède de Guy Mounimoux. C'est une série didactique publiée aux n°312-499 (pas présente à tous les n° semble t-il). Cette longue « saga » (1955-59) semble s'inspirer des fameuses histoires de l'oncle Paul du magazine « Spirou ».
Baden-Powell (312-314) est une biographie du fameux créateur des scouts (Lucien Nortier??)

(les exploits fantastiques de) Zanzi : le héros de ce long récit humoristique, dessiné par le vétéran Érik est plongé dans le far w
zanzi.jpgest puis très rapidement dans la préhistoire suite à la prise d'un remède contre le rhume. « L'Intrépide » le publie aux n°456-629 en 1958-62 (il a fait la "une" du n°456 au 498) puis, à la mort du titre, Zanzi achève ses aventures dans « Mireille » (n°370-373 en 1962).

Horn du West est un classique western par Francis Hope et Éhorn.jpgtienne Le Rallic (n°89-273, puis réédité dans « Creek » et « Joé Texas », « Mousquetaire »).
Ce western se situe vers 1830 dans la région du Grand Lac Salé : des colons sont attaqués par des indiens, le jeune bébé michel est élevé par un navajo et devient Horn du west : il retrouve sa famille et se partage entre ses deux peuples.
Les aventuriers du ciel par René Giffey (puis Pierre Brisson?) est un récit de SF publié aux n°275-352 en 1955-56, d'après l'oeuvre littéraire de René Marcel Nizerolles sur des textes de Jacqueline Hérisson.
aventuriers.jpg
La course au milliard (n°88-261) par Montaubert et Raymond Cazanave (1951-54) est une version moderne du tour du monde en 80 jours de Jules Vernes où deux familles françaises de l'après guerre participent à une course trépidante à travers le monde pour se départager l'héritage d'un riche oncle d'Amérique.course.jpg

C'est vrai! est une série didactique d'abord illustrée par Robert Moreau jusqu'au n°380 puis par un auteur anonyme (italien?).

Fanfan la tulipe (n°129-337) par Jean Prado et  Étienne Le Rallic d'après le film de Christian-Jacques avec Gérard Philippe fut publié entre avril 1952 et avril 1956 : Fanfan est un personnage du patrimoine folklorique français : le héros, d'abord enrôlé dans l'armée (régiment d'aquitaine sous louis XV) se retrouve à combattre pour de justes causes, allant judqu'à défier les autorités, accompagné de son ami Pistole. L'histoire est d'abord fidèle au film puis les récits s'éloignent du long métrage au fils des pages et des fanfan.jpgannées...

Les aventures de Grignotin petit garçonnet blond scout qui affronte des indiens sont dessinées par Érik (n°203,204,215...) pour le comptoir général publicitaire (personnage déjà présent dans "Spirou" en 1953 et, peut-être "Coeurs Vaillants").

L'expédition du professeur Gromulus par Érik en 1955-57 (n°312-375) est une de ses bandes les plus connues et s'est poursuivie dans « Dicky le Fantastique ». Elle mêle humopur, savants fous et inventions loufoques dans le style si propre à Érik.

Les aventures de Mouss'tick par G. Richer et Jean-Louis Pesch apparaissent brièvement au détour des n°474,482,488,495 et 519 (du 7/10/59) : on retrouvera cette bande d'humour dans le pocket « Pitchounet » du même éditeur.

Kit Carson par Edmundo Marculetta, est une "réclame" pour le petit format « Old Bridger » (n°369,376,412...)
Pavillon noir par René Giffey (n°131-165) est un récit de corsaires auparavant publié dans « L'aventureux » puis « L'audacieux » en 1941-42 sous le titre «Le corsaire de la mort » puis dans « Tarzan ».darnal.jpg
Réseau secret (F.64) par George Fronval puis R.Rennes et Lucien Nortier est un récit de résistance mettant en scène Lavasseur, Galmot et Valandon et trois jeunes adolescents contre les collaborateurs (1952-53).

Scott Darnal par Georges Sandier et Fernando Fusco (1958-60) relate les aventures d'un héros de l'aviation. Le récit débute sous le titre « Commando du silence » aux n°473-493 puis « Pirates du ciel » (n°494-515) suivi de « Scott Darnal contre le sphinx » (n°548-577), « Scott Darnal contre X-18 » (n°610-621) et « Scott Darnal et l'étonnant Syna Roak » (n°622-629, suite dans « Mireille »).

La flèche brisée (n°575-609) est un western indien inspiré de l'oeuvre d'Elliott Arnold par Fernando Fusco (1960-61) : l'auteur d'origine italienne adaptera peu après un autre indien mais d'après une série TV, cette fois : Aigle Noir pour Sagédition (Brave Eagle).
flechebrisee.jpg
Citons, pour mémoire les séries plus mineures comme Victoire au pole sud (n°315-317), Aventures de Marco Polo par Lucien Nortier (n°319-322), l'humoristique Monsieur Farfelu par J. Ralault (n°485,489,,496,499) en 1958, Krac « magic chien » par Bob Dan (n°479,487,494,500 : un chien avec un collier qui lui confère des pouvoirs magiques qui s'inspire sans doute des super-animaux de l'américain Al Fago publiés chez le même éditeur), krac.jpg Jim Dynamic récit d'aventures aériennes par Jean Sidobre en 1958-59 (n°478-498), Tim et Anthime par Godard (n°486-496) en 1959, une reprise de la revue « Ima » où la construction animée d'une fusée, Yo-Yo par Maric (pub pour le petit format homonyme) aux n°402, 404  et 410 en 1957 (bd animalière mettant en scène un écureuil), Le messager de la reine, récit de cape et d'épée par Raymond Cazanave (n°1-9, suite de « L'Intrépide » 1ère série, débuté au n°37) en goliath.jpg1949-50, Le protégé (de Zorro) par Bob Dan (n°1-27, suite de la 1ère série, débuté au n°39), Surcouf par Jean Prado/Raymond Cazanave d'après le fameux corsaire (n°73-87), les humoristiques Arthur et Frisette au pays des petits hommes/(renommés Goliath et Frisette au n°472) par Léon Mercier (n°463-491), Gédéon par G.César (n°1-31), récit d'humour au moyen âge (Gédéon et les voleurs de galions) puis en planche publicitaire pour le petit format "Bilboquet "où ses aventures se poursuivent (n°424...), Les inventions du professeur Bidubol par Érik (n°480,493), Monsieur Lépinoche par Claude Verrier (n°477,486), Hello?...Hollywood !..., une BD publicitaire de Pierre Le Guen pour un fameux chewing-gum (n°458-465) qu'on peut lire aussi à la même époque dans Spirou ou le Journal de Mickey, SOS Père Nbonus-boy.jpgoël a disparu (une aventure de Gondolo, publicité pour les biscuits du même nom qu'on put aussi lire dans Le Journal de Mickey et Spirou en 1958) signée par Le Moine qui est le patronyme de l'actionnaire principal (n°472-478), Bonus Boy, encore une BD publicitaire pour la fameuse lessive Bonux par Benoîst : sous ce pseudonyme se cache Benoît Gillain fils du fameux Jijé qui aurait participé lui-même au graphisme (aux n°474-477 et aussi dans Fripounet en 1958 et le Journal de Tintin en 1959-60 puis dans sa propre revue, "Bonux Boy" en 1960), Poucinet par Mercier (réclame pour le petit format homonyme) au n°448, Bob Hine reporter par Bruno (n°481,490,497)....

gedeon.jpg
Fin de l'épisode-à suivre...

Fabrice Castanet.
Repost 0
Published by Fabrice Castanet - dans Les Editions Mondiales
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 15:29
Et voici le dernier chapitre consacré à la deuxième série de la revue "L'Intrépide"!

On a déjà vu les séries françaises, britanniques, américaines et italiennes. Cette dernière partie un peu fourre-tout s'intéresse au reste du matériel publié dans la revue de Cino del Duca.

Ivanhoé est une bande dessinée d'origine espagnole se présentanivat sous forme de récits complets, adaptée de l'oeuvre de Walter Scott par José Maria Carbonell et Francisco Blanes Aracil (qui signe FBA) pour l'éditeur Bruguera en 1959 (collection historias)  : Ivanhoé et le captif de whall (n°587), Ivanhoé et les cavaliers noirs (n°591), Ivanhoé entre en lice (n°595), Les 3 émissaires (603), 

Jacky au pays des "gourous" : dans cette bande qui succède au western britannique Rex Keene aux n°586-601, probablement d'origine anglo-saxonne, Jacky, un gamin blond australien travaille pour gagner des sous afin de nourrir son poney Darling  et affronte la jalousie de Jumbo Stark.jacky.jpg

D'autres bandes restent à étudier comme les  bandes animalières Les tribulations de Pépino,  mettant en scène un pingouin au n° 478 (bande hollandaise ou américaine?), Truffe le petit pékinois au n°484 (même question), Les deux petis diables, deux petits singes neveux de l'oncle Koko au n°492 et Grignotin l'écureuil (n°498) mais aussi l'humoristique Tonton Barnabé en 1961 qui narre les aventures du jeune trappeur Albert et de son oncle (n°601-608), La tour Treflech' (602-607), Guy et l'oiseau d'argent (614-616), Monsieur Vincent , une bio de St Vincent de Paul (Lucien Nortier?) aux n°609-612, L'espion d'après Fenimore Cooper (n°427-437 : bande US ?), Bernard, L'extravagant monsieur Nelle ou Nestor. Peut-être dans un 7ème chapitre?

Un grand auteur belge fut présent dans L'Intrépide, c'est Maurice Tillieux!
On y retrouve sous sa plume, les aventures du héros détective Ange Signe en 1961-62. En fait, il s'agit de  la reprise des aventures de Félix, le fameux héros du dessinateur belge où noms et détails ont été modifiés. Les deux histoires publiées s'intitulent "La résurrection du Potomac" (n°609-613) et "La grotte au démon vert" (n°613-621).
Ces deux récits furent publiés l'origine dans "Héroic-Albums", respectivement en 1953 et 1956.Demon_Vert_2-98e22.jpg
Ange Signe fut auparavant publié dans les pages d'"Ima" en 1958 : le récit de "La grotte au démon vert" est en fait la réédition d'un récit publié dans "Ima" sous le titre "Le démon vert", lui-même tiré d'une aventure de Félix, publiée dans "Héroic-Albums", intitulée "La grotte hantée"!
Ange Signe a également paru dans "Récréation" (supplément du quotidien belge "La Dernière Heure").
Autres belges à l'honneur dans la revue, Pierre Kosc (qui travailla avec Tillieux) et George Leunis avec La famille Bithume et compagnie aux n°483 et 491...

D'autre part, "L'Intrépide" proposa des jeux dessinés par Rochelle, Serge Segret (1960-61)
et des gags mijotés par l'ami Joré...

Bizarrement (recyclage?), à partir du n°595, l'hebdomadaire proposa une nouvelle rubrique intitulée "Le roman du tour (de France)" dessinée par René Pellos : l'auteur était un habitué du genre,  suiveur du tour pendant de nombreuses années pour divers journaux comme "Match l'Intran" , "L'équipe" et Miroir-sprint" ou « Miroir du Cyclisme ».pellos.jpg

"L'Intrépide", comme son cousin italien "L'Intrépido" proposa quelques ciné-romans, rappelant en cela la grande spécialité de l'éditeur de "Nous Deux" ou "Intimité" , sauf que là, pas de photo-romans à l'eau de rose mais des histoires pour enfants, des westerns comme "Le gars du far-west" (n°381-389) puis "L'ami des cheyennes" (n°389-397)  suivi de "Bruno, détective amateur" (n°397-402), du western "Le mystérieux voyageur" (402-406), "À la recherche du Galcodon" (406-409), "Le ranch de la poudre bleue" , encore un western (410-420), "Le maitre du rayon S" (421-453), L'espion des Cherokkes (454-485) et (une reprise d'Il Intrepido) "Sans famille " remplacé au n°577 par un nouveau western, "Arizona Bill dans la vallée du silence"  Au n°595, apparait "Le Capitan" d'après le film homonyme avec Jean Marais, une grosse gloire de l'époque, suivirent "Alamo" (601-606) puis "Le capitaine Fracasse" toujours avec Jean Marais au n°607. Il y eut aussi quelques ciné-romans complets : "La lettre aux cachets rouges "(n°395), "Le traitre du ranch" (n°399), L'archer vert (407-8), Faucon Rouge (420), Les aventures de Till l'espiègle (431), Le cavalier masqué (437), Bouclier bleu (443), Le solitaire de Silva Honda (449), Les pillards de Rancho (453)...
cineroman.jpg
Quelques romans illustrés parsemèrent la revue au long des numéros comme "Les chasseurs d'or" avec des dessins de Pierdec (alias Pierre Decombe), "Croc Blanc" adapté par Paul Gruyer et Louis Postif (mondial-press)  à partir du n°381 et illustré par Maurice de la Pintière remplacé par Rochelle lorsque de la Pintière tomba malade, "Les naufragés de la jungle" (n°390-397),  "Le cargo du mystère" (398-408), "Moby Dick" (409-16), "Le vaisseau de silence" par Yves Dartois, "Le trésor lointain" (417-423) , la ville perdue (424-433), La flèche Noire (434-442), Le vagabond des mers (443-450), Le capitaine Fracasse (451-462) et d'autresdiamant-noir.jpg encore, mis en images notamment par Paul Ordner.

Moins nombreux, il y eut aussi des récits se présentant sous la forme "antique" de textes sous vignettes comme Rob Roy (n°381-389).

Mais surtout, la revue présenta un nombre considérable de Récits complets dont beaucoup d' « histoires vraies », une grande majorité dessinés par des auteurs français et aussi beaucoup d'italiens. Impossible d'en fournir ici le listing complet, mais voici ce que j'ai pu relever:

Carlo Marcello qui, pourtant se multiplia sur les planches et couvertures de Rock l'invincible n'a dessiné qu'un récit pour "L'Intrépide", Le diamant noir, en juin 1959 (n°501) où le personnage principal n'est pas sans rappeler son titre phare chez Sagédition, Le Cavalier Inconnu (plus tard, on retrouve Marcello chez Del Duca dans "Hurrah!" 3e série n°1 et 9)

Son ami d'enfance, Fernando Fusco, déjà bien présent dans le titre (avec Flash, Scott Darnall, La flèche brisée) a illustré quelques récits complets : un récit de chevalerie, Le chevalier Jéhan (n°469, 1958), Mission secrète (avec Napoléon en guest star !) au n°471 (1958), Le trésor des Seychelles (n°498, en 1959), Panique chez les routiers (n°519, 7/10/1959), Bagarre à la fonda, un western (558, 6/7/1960) et L'homme à la balafre (566, 31/8/1960).
bagarre.jpg
Les frères Will et Yves Groux ont multiplié les histoires complètes entre 1956 et 1960 : (voir aussi Hop n°87) : Le cerf bagué d'or (n°355), Mat le malouin (362), Patrick de val-sans nom (379) en 1957, Les exploits du pilote Menofer (393), Le signe du poisson (402), Le défenseur de la couronne (413), Perdus dans la brousse (422-423), L'ecuyer du sire  de grandfonds (430), L'énigme de castel roc (435), Au pays de sitting bull (446), L'indomptable megare (459), Le briseur de banquise (466), Les clés d'or (470), Alerte sur le dauphin (476), Le village englouti (483), Le fils du bootlleger (488), Le clandestin du shark (492), L'implacable adversaire (496), Les fugitifs de parcas (499), L'étoile de ratnapura (499), La tulipe d'or (508), Le diamant rose (516), L'arc en ciel (521), Les cavaliers de fer (524), Hurepel et l'étrange foulques (clone de robin des bois) au n°533), Le collier de la reine catherine (537), L'audacieux highlander (540),  L'infortuné Dundée (544), La forêt interdite (548), La chanson de la reine (553), Le barine ivanof (559), Un singulbarine.jpgier marinier (568).

L'incomparable René Giffey s'il est moins présent dans la revue au travers de grandes séries se voit confier quelques récits sans suite où il reste toujours aussi talentueux : Olivier le bleu (517), Du feu pour l'inspecteur (522), Le mystère du lac des coquelicots (526), Tarpan (530), Le serment de kervélégan (535), Le festin de san lucar (535), La panique du comte d'auvergne (541), Le mystérieux château de brègues (541), Des lueurs dans le gouffre (545), Le secret de messire Donat (547), L'étrange Wyatt (549), Un corsaire de 18 ans (555), Le frondeur menestrier (558), L'usine flambe (560), L'arbre aux feuilles d'or (563), etc.

Du prolifique Rémy Bourlès, citons les récits d'aventures et de SF essentiellement  comme La ruée des bolides (369), Robotville (416), Le loup de Burgondie (428), Asti, l'île inviolable (433), Alerte à la Sierra Madre (439), Le club des six (444), Le collier de la toison d'or (448), Mission spéciale sur Jupiter (462), L'inconnu des Tuileries (467), Les évasions de Trenck (472), Dramatiques essais (479), Un oeil géant sur le labo (484), Le sous-marin de verre (489), Les messagers de l'espace (493), l'insaisissable réseau (497), Tim Lasso (500), Pavillon Noir (500), Le sergent Brown mène l'enquête (510), L'épée d'argent (512),  La révolte de l'Ombre (518),  À la recherche du trésor perdu (523), Le secret de l'ile des cocotiers (525), Énigme sur la A.1035 (534), La machine infernale (539), Le chanteur contrebandier (542), Les pilotes de l'aventure (546), Zone interdite (551), Nogy ne répond plus (554), L'ilôt de feu (556), L'insaisissable morton (557),giffey.jpg Les « 6 heures » de Clément (561), Le vaisseau de l'espace (564), L'aigle de belgio (565), etc.

Un petit nouveau fit ses « armes » dans la revue sous le pseudonyme de Pierre Brisson, c'est Pierre Le Goff (également au sommaire de "Hurrah !") avec les histoires suivantes : En avant! (392), L'angoissante épreuve (400), L'audacieux chasseur d'images (406), Le roi de l'évasion (412),  Un village qui ne voulait pas mourir (418), Angoissant aterrissage (425), Suspendus dans le vide! (427), L'explorateur perdu (431), Le pays interdit (441), Les 4 mousquetaires (443), Panique dans la plaine (447), La mystérieuse valise rouge (451),  27ème rallye à Monte-Carlo (456-7), Le raid laponie-le cap (461-2), L'espion des vikings (465), La flèche rouge explosera (474), Chercheurs de trésors (481), Diabolo (486), Dangereux safari (494), Éclatante revanche! (499), À la pousuite de l'auto grise (500), Les chasseurs aux mains vides (506), Oeil de lynx enquête (520).
tim-lasso.jpg
On retrouve parfois Bob Dan dans quelques récits épars comme Yves le harponneur (367), Le canon de noviciello (382), L'ivoire de la gangha (386), Pablo de la sierra (396),  L'amiral des boucaniers (404), Le chasseur Pide-léger (411), Gautier le ravageur (414), Aux galères (419),  Pépite d'or (424), L'honneur des Farlay (432), L'inconnu de Marueta (438), Francis l'éclair (442), Justice pour le ranch (454), Le bijou de famille (562)...

De rares récits émanent du vétéran Étienne Le Rallic (notamment dans la série "Franck, Tonnerre et Dixam") : Au nord du caribou (490), Rendez-vous à la frontière (495), Duguay-Trouin à Rio de Janeiro (511), "Rapide l'imbattable" (527), Le pont au change (536), Le totem d'or (n°564)

Quelques bandes britanniques parsèment la revue : Hareward le brave (397), Richard Warwick (410), Rob Roy (418), Walter Fletcher (429), La plume noire (Rob Roy) au n°475,  Le rusé Rob Roy (482), Champions de la marine, un récit de foot avec Mick Hogan (n°580), Larry Wayne as du volant (n°545) (Skid Solo?)
 
Sans oublier des récits de Crin Noir, un cheval sauvage, sans doute d'origine américaine (n°424,477, 485)

Ensuite, de nombreuses histoires restent anonymes, plusieurs sont signées Marculetta, Mounimoux, de la Pintière (qui s'interrompt en 1957 à cause de la tuberculose), Jan Loup, Pascal, Sidobre, Brantonne, Miguel ou sont dues à des auteurs italiens, notamment Erio Nicolo.
Citons en vrac La falaise d'or, dessins de Sciotti? (n°363), Radar contre cuirassé par Maurice de la Pintière et Claude Astier (364), L'homme à la face cuivrée par Erio Nicolo (364), La piste des garamants (365), Mrs Dorothy Mills (366), le ranchman (366), La prouesse de l'aviateur Guerrero par M de la Pintière (368), le fils du flibustier 369), le manchot de l'Epante par Marculetta (369),  l'atoll des flibustiers (370), l'héroique exploit du soldat lapierre par Jan-Loup (376), Nike chercheur d'or (376), l'odyssée de pierre (377), l'homme aux mains gantées par Erio Nicolo (378, 24/1/57), nicolo.jpgaventures vraies dans la jungle du bengale par Claude Astier et Maurice de la Pintière (378), Aigle rouge et le piège (380), Visage d'argent par Edmundo Marculetta (381), Tourville capture navires (382), Mission secrète (383), le donjon de malbanni par Marculetta (384), Grande tortue par de la Pintière (384), Le cavalier au masque (385), pocanhontas par M de la Pintière (386), la forêt vierge par M de la Pintière (388), le rodéo de frozen (388), Sarco par Marculetta (389), gardez votre sang-froid par M de la Pintière (390), L'intrépide William Wallace (390), Attention la terre, un récit de SF par Mounimoux (391), le faucon des mers (392), torturés par la soif (394), Étoile polaire en tête par Marculetta (394), le conquérant des perles par M de la Pintière (396), l'évasion du tigre (398), opération mercure (398), Le fils du conquistador par Marculetta (400), le corsaire sauveteur (402), Fabrice Lizarro le libérateur de Marculetta (403), Un acte de courage peu banal signé Jan-Loup (404), Élan Rouge par Nicolo ? (405), Implacable poursuite (406), Emourbés (408), Avoir des ailes par Pascal (409), le blanc tout puissant (410), Vainqueur à Santa Paula de Sidobre ? (412), Chasseurs d'orchidées (414), Le castel de Blanchefleur de Marculetta (415), La fièvre jaune règnait à bord par Pierdec (416), le fou du volant par Sidobre (417), Un intrépide trio (420), Le conseiller du vizir par Marculetta (420), Perdus dans la brousse (422), La fuite de Lafayette par J.B Miguel (423), Dans l'enfer de san francisco (424), Le corsaire au grand coeur (425), SOS Nor écrin Y22 par Sidobre (427), la ruse d'Anibal par Miguel ? (429), L'aigle de Quito par Sidobre (434), L'indomptable Nasello (433), Une tunique écarlate (435), Skip, l'intrépide pilote (437),  Soleil de la cour (439), Olivier le preux par Marculetta (440), La fusée XZ-25 par Pascal (442), Super Grand-papa par Brantonne (445), L'abonné ne répond pas de Marculetta (445), Le complet de Montmort par Pascal (447), Dans une minute, nous ferons le plongeon ! de René Brantonne (449), Kopa, Napoléon du football par Paul Ordner ? (450), Les clowns toréadors (451), La terre des taureaux sauvages (453), Passe partout par Pascal (456), Le serment de l'épée (457), La moto vaillante de Sidobre ? (458), L'explosion de Santa Fugosta par Marculetta (460), Tout le monde est suspect par Pacal (461), L'or du lac par Marculetta (463), Yves Kerleghen, mousse de la Rose du Nord par Pascal (464), Sur les neiges de Youkou (468), L'oeil magique par Lucien Nortier (480), Angoissant marathon apr Sidobre ? (491), Le chevalier au loup (502), le cheval fou par Erio Nicolo (503), le mirage de l'or (504), une bourse de florins d'or (505), la citadelle d'hamadurba (507), le trésor des pirates (509), la lutte pour l'indiana (514), la dernière tribu par Sciotti? (515), les hommes des récifs (519), le chevalier à l'aigle (529), le roi des fjords (532), Alain Briselance (543), le cadeau de cabranca (550), « Texas » (552), L'îlot de feu (556), Le grand marin qui ne navigua jamais (557), la course insensée (565), le message de Salucar (567), Roch et le grand cerf (567), les fauconniers du roi (571), Deux vrais champions par Sciotti ou Lombardi (571), les brigands des collines (578), le croisement de landerlale (579), Atuk et Lucius (581), l'arbalète noire (583), bouclier d'azur (584), les plans de Loïba (585), deux hussards de wagram (586),le ranch des sources (590), Rangers et tuniques écarlates (592), Le pic du condor (594), Tourmente au camp des sioux (596), la ligue du soleil (598), La 3e épée (600), l'emblème de Gunnar (602), Le tigre de Babylone (605), et d'autres encore...
Notons pour conclure les apparitions brèves et publicitaires pour d'autres revues (notamment en petit format) de l'éditeur comme Choupinet (n°415) , Crack, Oscar (n°420), Nicky-Chat (n°403,408)...

Fin de l'épisode.

Fabrice Castanet
Repost 0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 11:01
La revue L'Intrépide nouvelle série (1949-62) a publié bon nombre de BD françaises (René Giffey, le Rallic, Bob Dan, Bourlès), italiennes (issues du cousin "Il intrepido") mais aussi pas mal de récits anglais, surtout des westerns. Voici un petit récapitulatif.

intrepide-hurrah-cover.jpgRock l'invincible est le héros d'un récit historique dont l'action a lieu au temps des romains ce qui nous change des westerns et récits de football habituels de l'époque. C'est l'histoire épique d'un esclave fort et blond qui brise ses chaînes, tel Spartacus et combat les envahisseurs romains à travers le globe (en Egypte, chez les vikings puis dans sa Bretagne natale). Il est accompagné dans ses aventures de ses fidèles Brasta et Grétorix. En V.O, il s'appelle Wulf the briton et il est dessiné magnifiquement par Ron Embleton dans la revue « TV Express Weekly »  entre 1956 et 1960 (n°140-306). En France, il fut primitivement publié par l'éditeur d'origine italienne Cino del Duca dans « Hurrah! » en 1959-61 puis en "une" de « L'Intrépide-Hurrah! » (et dos de couverture) dès le n°501 lorsque les deux revues fusionnèrent. La série se poursuivit jusqu'au n°595 (entre temps, « L'Intrépide » et « Hurrah! » se sont séparés au n°589), ensuite elle disparut de la première page et, faute d'épisodes anglais fut reprise par l'artiste « maison » Angelo di Marco jusqu'au n°629, dernier numéro de la revue. Rock, infatigable voyageur migra alors dans « Mireille » qui avait absorbé "Lembleton_wulf1.jpg'Intrépide," mis en images par di Marco du n°370 au 372 puis par André Chéret du n°375 au 390 (comme Rahan, le héros est blond et musculeux). Autre particularité : les retouches et même des planches entières de la série ont été effectuées par Carlo Marcello lui même!
Passé Rock l'invincible, les autres BD britanniques proposées par la revue tombent dans la banalité, puisqu'il s'agit essentiellement de westerns. Enfin, pas tous, il y a aussi les héros de la culture britannique comme le fameux Rob Roy dont les "nouvelles aventures" sont publiées du n°443 au 450 (dessins de Fred Holmes?). Mais dès le numéro suivant c'est Le cavalier rouge (Harry bishop ??), un banal récit de tunique rouge mettant en scène le héros Bob Samson qui apparait dans la revue puis on le retrouve du n°560 au 565, il est ensuite évincé par...
rex.jpg
Rex Keene (et les loups du mexique/les rangers) de Harry Bishop (« Express weekly », 1956-57) du n°566 au 585 qui relate les exploits d'un Texas Ranger à la frontière mexicaine.

Wells Fargo par Don Lawrence met en scène Jim Hardie, intrépide convoyeur de diligences de la fameuse compagnie (il s'appelle Jim Hardy en VO) : ce récit adapte une série télévisée et fut publié en Angleterre dans "Zip" en 1958-59 puis dans "Swift" en 1960. En France, il paraît dans "L'Intrépide" (avec interruptions) du n°568 au 608 (1960-61).
Notons que Wells Fargo fut égalwells-fargo-img.jpgement publiée à peu près à la même période dans le mensuel « Bonanza » sous le titre Milton Mac Manus le gaucher (n°20-21,25-28)

LawrenceWells1.jpg











Roy et les Rovers aux n°538,573 et 576 en 1960 (1) adapte la fameuse bande de football de Frank Pepper et Joe Colquhoun créée en septembre 1954 dans le premier numéro de la revue « Tiger » d'IPC (puis Mike White et d'autres succèderont à Colquhoun). Elle relate les exploits du footballeur Roy Race, son ami Blackie et de son équipe les Rovers (« vagabonds ») de la ville de Malchester (!) 
En Angleterre, la bande obtint tant de succès queroy-et-le-cirque-stranger.jpg le héros eut son propre magazine de 1976 à 1993 et qu'une série dérivée vit le jour qui racontait la jeunesse du héros : "Roy Race's school days".
En France, Roy fut publié dans le petit format « Capitaine Rob » toujours chez Del Duca puis plus tard par Artima et  Mon Journal sous diverses appelations (dans « En piste », « Yataca »).
    tigerfirstissue.jpg

Shérif Matt Dillon (Gun Law puis Shérif Matt Dillon au 2532e strip) fut publié dans "L'Intrépide" aux nmatt-dillon.jpg°562-594 et 609-613. Ce comic strip adapte la série TV "Gunsmoke": c'est encore Harry Bishop qui œuvre pour le "Daily Mirror" (ou Express?) entre 1956 et les années 70 (2).
Le shérif de Dodge City tente tant bien que mal de rétablir l'ordre entre cow-boys avinés et hors la loi, aidé par son adjoint Chester Goode, le médecin Doc Adams et la charmante miss Kitty.

Les voyages de Marco Polo (The travels of Marco Polo) aux n°588-595 par Frank Bellamarco-polo.jpgmy (et non Ron Embleton, merci au gentil lecteur qui m'a signalé l'erreur) est une superbe fresque retraçant les pérégrinations du fameux voyageur, parue à l'origine dans "Eagle" en 1959.

Jeff Arnold et l'héritier de Duncrieff (Riders of the range) : ce western a été publié dans "L'intrépide"en 1961 (n°609-613). Le héros, fut aussi présent en France dans le petit format « Jeff », dans « Pilote » en 1960-61 et dans « Rintintin ».
A l'origine, c'est un feuilleton radiophonique anglais imaginé en 1949 par Charles Chilton qui l’adapte ensuite en bande dessinée pour l’d-artagnan.jpghebdomadaire "Eagle" avec au dessin Jack Daniel (1950-51) puis Angus Scott (1951-52), Jesus Blasco et enfin, et surtout Frank Humphris jusqu’en 1962 (version Rintintin).
Au cours de ses aventurThriller136-2G.jpges mouvementées, Jeff, accompagné du vieux Luke, rencontre tout un tas de figures mythiques de l'ouest comme Geronimo, Custer, Billy the kid, etc.

D'artagnan/Les Trois Mousquetaires  dessinés par Stephen Chapman (n°387,401,424,438-442,455,473,480,487) ou Selby Donninson (n°452) sont la traduction de The Three Musketeers d'après Alexandre Dumas, une publication isssue de la revue "Thriller Picture Library» dans les années 5mcclelland_jimpy2.jpg0 (3). Au n°589, la revue propose un nouvel épisode de D'Artagnan mais par un dessinateur différent non identifié, peut-être espagnol ? (d'autres suivront , de la même veine : D'Artagnan champion de la reine (597), Le fugitif de Blois (601), l'incendie du pont du Change (605)...

Jimpy par Hugh McClelland (n°79-96) détonne un peu au milieu de toutes ces bandes réalistes : c'est une série enfantine imaginée entre le 5 janvier 1946 et 52 pour le « Daily Mirror », à moitié humoristique et fantastique qui préfigure Harry Potter : au XIXe siècle, le jeune Jimpy est renvoyé du Collège Royal de Magiciens et essaie quand même d'obtenir son diplôme de magicien avec l'aide du fantôme Nicdouillet et du bandit Pouffi sur son lama Koco. Le personnage fut publié aussi dans « Bted-ranger.jpgambino » du même éditeur en 1957-59.
Citons encore les biographies des rois Charles le grand (596-600) et Saint-Louis (601-606), l'insipide western Ted Ranger de Roland Davies (n°541-547), réédité dans le petit  format « Jeff », Vif Argent un récit de cape et d'épée mettant en scène un bandit masqué qui pourrait bien s'avérer être une traduction de Dick Turpin (n°497-500, 516-521), personnage qu'on retrouve en 1959 dans le petit format "Mousquetaire" puis Atoll ou encore Rob Roy aux n° 443-450 (également présent dans "Hurrah!)" hévif-argent-copie-1.jpgros écossais qui combat les anglais de George V mais aussi présent en récits complets (voir notre 6ème partie sur la revue l'Intrépide).

Fabrice Castanet


(1) n°538 : Roy et le cirque Stringer (9 pl., février 1960), n°573 : un match mouvementé (9 pl., octobre 1960), n°576 : le mystère de castle manor (9 pl. en couleurs, novembre 1960)
(2)
la bande fut aussi publiée dThriller136-1G.jpgans « Paris-Jour », « Le Soir » et, à partir de 1973 dans « Le journal de Mickey »
(3) n°387 : "le fougueux mousquetaire "  traduction de « The dashling musketeer » dessins de Stephen Chapman, scénario de 
Michael Butterwoth ou Colin Thomas in "Thriller Comics Library" n°136, en 1956, n°401 :"D'Artagnan et ses trois mousquetaires" traduction de « D 'Artagnan and the three musketeers » in Thriller Comics library n°87, en 1955, n°424  : «Le secret du cardinal »/" The three musketeers and the cardinal's secret", textes de Michael Butterwoth ou Colin Thomas in Thriller Picture Library n°152 en 1956, n°436 : En avant, mousquetaires !, traduction de "Forward the musketeers par Stephen Chapman dans TCL n°93 (1955), Le diamant d'Azincourt (n°438-442), Aux armes, mousquetaires ! (n°452), traduction de "To arms, musketeers !" de Selby Donninson dans Thriller Comics Library n°72 (1954), Complot contre les mousquetaires (n°455), Le traître démasqué, sans doute la traduction de l'épisode "The mask of treason" paru dans Thriller Comic Library n°191 en 1957 (473), Échec aux pirates (480), Duel à l'aube, sans doute alias "The Three Musketeers and the duel at dawn" publié dans Thriller Comic Library n°191 en 1957 (487).
Repost 0
Published by Fabrice Castanet - dans Les Editions Mondiales
commenter cet article
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 12:06

Voici le 1er plat d'une publicité volante de 4 feuillets dénichée dans un n° de L'Intrépide annoncant sa nouvelle formule en 1958 avec la mise en avant d'une série dessinée par Fernando Fusco (Scott Darnal)...

 

intrepide-nouvelle-formule.jpg

 

Le verso ou 4e plat lui, présente la revue cousine, Mireille (pour les filles) avec laquelle, L'Intrépide allait plus tard fusionner...À l'intérieur, on trouve un grand concours ouvert aux lecteurs des deux hebdomadaires...mireille-pub.jpg

Repost 0
Published by Fabrice Castanet - dans Les Editions Mondiales
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 13:42
Dans les premiers temps, la revue L'Intrépide, dans la foulée des publications de l'après-guerre de son éditeur Cino del Duca publia essenitiellement des bandes d'origine française de grande qualité signées René Giffey, Cazanave ou Rémy Bourlès, p6a00d8341c684553ef0120a73714f6970b-500wi.jpguis, peu à peu, les ventes diminuant, les coûts augmentant, l'éditeur se rabattit sur des séries italiennes moins onéreuses, issues de la revue des frangins restés au pays, "Il Intrepido". Souvent, et à tort, décriées, méprisées par les habituels exégètes du 9e art, elles possèdent une force dramatique et un interêt qui fit le bonheur de petits lecteurs des années durant. En voici le tableau sommaire...

Kid le libérateur (Liberty Kid) : dans ce drôle de western, le héros, Kid Fiermont est un jeune fermier du sud qui durant la guerre de sécession combat l'esclavage puis devient agent secret du gouvernement US. Il est accompagné dans ses aventures de sa fiancée, du gros Cip et son chien Vercingetorix ainsi que du jeune Jimmy. Le personnage a été créé par Luigi Grecchi pour le texte et graphiquement par Stefano Toldo dans "Il Intrepido" en 1951 puis il est très rapidement dessiné par Lina Buffolente dès le 3e épisode (et  plus tard par Morisi).

kid.jpg
En Italie, la série perdura jusqu'en 1965. En France, le personnage est traduit dans les pages de «L'Intrépide » n°141 à 629 puis de "Mireille" n°370-394 en 1962-63 et il fut réédité chez  l'éditeur Jeunesse et Vacances dans « Karaté » n°1-28 en 1969-72 et « Archie » n°21-54.

Le Petit Shérif (Il piccolo sceriffo) est un western de Tristano Torelli, Giana Anguissola, dessiné par Lino Zuffi et qui dura 460 épisodes! Il est publié en France dans « L'Intrépide » n°1-421 de 1949 à 1957 mais il a débuté dans la1ère série de « L'Intrépide » dès le n°1 en février 1948 et se poursuivit dans les petits formats "Tom Nickson" n°4-55 puis « Buffalo Bill » n°46-54 en 1962. On le retrouve chez Sagédition dans sa propre revue en grand (168 numéros) puis petit format  (28 n°) et enfin dans « Kansas Kid » du n°93 au 104 (1950-58) ainsi qu'en roman illustré dans les 30 premiers numéros de « petit-sheriff.jpgNat le petit mousse » (1952-3). Plus tard, un 3e éditeur, Mon Journal le publia dans « Kris le shérif » (n°1-78 en 1960-67) dans « Tipi » (43-78) et « La route de l'ouest » (n°148). Notons, que Del Duca proposa  en 1964-66 des épisodes inédits dans « Télé Poche » par Angelo di Marco.

Le héros succède à son père, assassiné comme shx185.jpgérif de la ville de « Prairie Town », il est accompagné dans ses aventures de sa soeur Lizzie, son ami Piggie et sa fiancée Flossie. L'intrépide adolescent fut imaginé en juillet 1948 pour « Il Intrepido ». Divers  auteurs se succédèrent sur ses longues chevauchées comme G.G. Dalmasso, Renzo Barbieri (textes), Sergio Montipo, L. Bernini, Tacconi, Camillo Conti, Franco Paludetti (dessins).

Nat du Santa Cruz (Nat del Santa Cruz) est publié brièvement aux n°131-156 (1951-10/52) puis dans "Tarzan 2e série" jusqu'en en mars 1953 (il s'appelle alors Yann, mousse du goeland, ) et dans "Hurrah!" (1953-10/55) mais à l'origine il fut d'abord publié dans la première série de "Tarzan" à partir du n°238 (1951) et par la suite, réédité dans le petit format "Djin" en 1958-59 (Yann mousse dtomate-nat-25.jpgu goeland). Publié en Italie de 1951 à 1953 par GG Dalmasso et F. Tacconi pour l'éditeur Torelli, il eut sa propre revue chez Sagé (45 n° de 1952 à 1954 puis dans "Kansas Kid") ce qui explique qu'il fut rebaptisé Yann dans « Tarzan «  2e série et "Djin". Il est encore une fois rebaptisé Pat Kennedy chez Mon Journal dans "Brik" en 1960-61 (n°33-39) et "Pirates" (n°5).
Nat est un ado qui se retrouve malgré lui engagé comme mousse sur "La sorcière de Santa Cruz" en compagnie du terrible capitaine Ronson et de son second Patten, sans oublier la chatte Passy et quelques sympathiques marins : cette saga maritime fut longue de 121 "strisce" entre 1951 et 1953 puis une seconde série vit le jour dans "Serie Bis" et "Il Piccolo Sceriffo" jusqu'en 1956, Mario Cubbino succèdant à Tacconi...

Rocky Rider fit son apparition dans "L'Intrépide" en 1955,  c'est un western écrit par Marco Baratelli (puis Grecchi et Castelli) et mis en images et en bulles par Mario Uggeri dans "Il Intrepido" en 1949 puis "Il Monello" de 1953 à 1963. En France, Rocky débute  dans "Tarzan" fin 51 puis se poursuit dans "L'Intrépide" du n°131 au n°311 en 1961 et dans  les petits formats "Tom Nickson", "Super J" entre 1969 et 1972 (n°1-36), Tom Berry en 1972-77 (18-57), "Rocky Rider" n°1-23 (1971-77) puis "Buffalo Bill" en 1979-81 (n°26-32).
rocky
Rocky Rider est un jeune shérif très adroit aux armes qui exerce à Okard-City aidé de Mose (Betty), jeune femme à la Calamity Jane et Golia (Jimmy), un enfant qui se déguise en indien (peuple qu'il admire)...
6a00d8341c684553ef00e55070095d8834-800wi.jpg
Chandra prince royal (Chiomadoro, il principe del sogno) est le prince indien de Mayabar (du temps des Indes Britanniques) au longs cheveux blonds (!), surnommé « tête d'or » qui combat les japonais pendant la guerre du pacifique puis les intriguants en son pays natal sur son cheval Sciabar et aidé de son tigre Marana et sa fiancée Zaïra. Il a été créé dans "II Intrepido" en août 1952 (ses aventures durèrent jusqu'en 1964) par Erio Nicolo pour le dessin et Antonio Mancuso puis Luigi Grecchi pour le texte.
chandra.jpg
De ce côté-ci des Alpes, il fit ses débuts dans "Hurrah" en 1953, et on le retrouve naturellement à partir de 1959 dans L'Intrépide-Hurrah! dès la fusion des deux tritres (n°501-629) puis dans "Mireille" du n°370 au 396 jusqu'en 1963 et dans "Télé Poche" en 1966! Le grand blond finira sa carrière en petit format dans "Atoll" (n°1-73), en 1972-73 sous le titre "Le prince du rêve".

Roland héros des mers/l'aigle des 7 mers (Roland Eagle) : aventures maritimes par Grecchi/Carlo Co6a00d8341c684553ef0120a75105da970b-800wi.jpgssio puis Fernando Corbella aux n°113-581. Aussi publié dans les petits formats "Foc" (n°1-6) en 1970-71 puis "Robin des Bois" (n°52-91) en 1971-81...
Cette bande d'aventures a été publiée de 1951 à 1964 pour l'éditeur Universo.roland.jpg

Roland est le jeune, blond et courageux, cela va de soi, capitaine de "L'aigle des 7 mers "  qui navigue en Malaisie, entouré de son équipage et  de ses amis, Machette (Machay) son second, père de substitution (graphiquement très ressemblants), et de la belle orientale Jasmine....

Tip le hardi (Narciso Putiferio) par Grecchi/Corbella  fut publié dans "Il Monello" en 1955-63 et, en France dans "Dicky le Fantastique" en 1957-63 et "L'Intrépide" n°457-472 en 1958. Tip est un héros à la Peter Pan qui hérite d'un bateau de pirates et vit toutes sortes d'aventures en compagnie d'Oeil de lynx, Crochet de Fer et Jambe de Bois.

Hardi John! (Forza John!) par Luigi Grecchi et Erio Nicolo puis Lino Jeva (puis Buffolente) fut imaginé dans "Il Intrepido" n°39, en septembre 1949, il y poursuivit ses exploits pendant quelques années puis fut édité "Il Monello" de 1953 à 1964. En france, "L'Intrépide" (1) publia le héroImage63.jpgs pendant toute une décennie hardi-john.jpgaux n°85-595 (1951-61) puis passa le relais à "Hurrah" 3e série et "Télé Jeunes "jusqu'en 1963 (2)  Plus tard, en 1975 le personnage rescucita dans le pocket "Kali".

John Graham, le héros est un pilote américain beau, blond, hardi, cela va de soi qui combat les japonais durant la seconde guerre mondiale, accompagné de personnages secondaires qui font tout le sel de la série : Conterios, capitaine de goelette, Rosaria, Alex le  journaliste excentrique, Jérémie (Geremia) le perroquet bavard et qui aime le rhum, etc. Après guerre, John devient agent secret pour le gouvernement US et combat espions et malfaiteurs (3) .

En avant gringo! (Arriba Gringo) de Carlo Savi  fut publié dans  "Il Intrepido " en 1959-61 et conte les aventures patriotiques italiennes au 19e siècle (L'Italie est alors ocpietro.jpgcupée par les autrichiens) avec parmi les personnages principaux le jeune Piétro Pavesi surnommé « Gringo » et la belle anglaise Evelyn Stuart ("L'Intrépide" n°520-578, 1959-60).

Duck Hurricane (Bufalo Bill) est la suite d'une série publiée dans "Hurrah!" et "Tarzan" aux n°501-629 de "L'Intrépide" et qui se poursuivit dans "Mireille" n°370-394 (1962-63).
duck-hurricane.jpg
Ce western très classique (et assez fade, il faut bien l'avouer) qui met en images le fameux Buffalo Bill (avec un seul "l") fut créé par Grecchi/Carlo Cossio en 1951 dans "Il Intrepido" et s'interrompit en 1964, à la mort de Cossio. Chez Del Duca le héros est rebaptisé Duck Hurricane pour ne pas être confondu avec le Buffalo Bill de René Giffey (qui est cent mille fois plus beau d'ailleurs : cocorico!), on le retrouve ensuite dans les petits formats "Buffalo Bill", "Carabina Slim", etc.

Pour conclure, citons encore Le prince charmant (Il principe azzuro) dans "L'Intrépide" 2e série n°1-119 (aventures exotiques aux Indes), un récit écrit par Treddi, pseudonyme de Domenico del Duca, frère de Cino et éditeur d"Il Intrepido"  et  dessiné par Antonio Salemme dans "Il Intrepido" en 1935 puis repris après guerre par Luciana Peverelli, Ciriello Fantoni, Alvaro Maironi, Les malheurs de Limonade une bande d'humour (9-88,107-111), Monsieur Pampille (Sor Pampurio) par Carlo Bisi (n°9-39,49-73), récit d'humour publié à l'origine dans "Il Corriere dei piccoli" à partir de 1929, Ver luisant et papillon (Luccichino e Farfarello, une bande humoristique du même auteur aux n°40-48,74-88,93-106 et 112), Aventure dans le grand nord/mystère dans les neiges/les cavaliers de la nuit 89-166 (aventures au canada puis au Siam) et La chèvre menteuse d'après un conte de Grimm (n°129-142).

Fin de l'épisode-à suivre.

Fabrice Castanet.

(1) il existe des fascicules offerts par l'intrépide en 1950 mis en couverture par René Brantonne.

(2) la série semble inachevée en France.

(3) pour qui veut en savoir plus, ce lien très documenté :
http://www.cartesio-episteme.net/var/forza-john1.htm
Repost 0
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 17:51
L'Intrépide nouvelle série ne pintrepide-hurrah-logo.jpgublia  quasiment pas de bandes américaines réalistes genre Tarzan mais essentiellement du comique animalier ou enfantin, souvent des comic strips publiés dans les journaux américains comme du monde entier...
Après la seconde partie de notre dossier sur L'Intrépide concernant les séries anglaises , en voici le listing (qui ne prétend nullement à l'exhaustivité).

Bugs Bunny: ici c'est la version comic strip du fameux lapin de la Warner Bros. qui nous est proposée depuis le tout premier numéro daté du 10 novembre 1949 jusqu'au n°332 du 8 mars 1956. Ensuite, Bunny ira voir si les carottes sont plus mûres dans « Hurrah! » du même éditeur. Ses exploits dans « L'Intrépide » furent d'abord curieusement titrés bunny-intrepide.jpg« Les aventures de Babinet » du moins jusqu'au n° 52 (1). Il est alors la star du magazine et il fait la "une" des 248 premiers numéros de la revue avant de disparaître de la première page au 3e trimestre 1954 curieusement à peu près quand un autre éditeur PEI ("filiale" de Sagédition) commence à le publier dans sa propre revue, « Bunny mensuel comique » lancée en juillet 1954 puis Bugs Bunny disparaît du magazine de Cino del Duca en mars 1956, et, surprise, on le découvre en « une » de couverture au n°42 de "Bunny Magazine", l'hebdomadaire lancé par PEI au début de l'année 56 : une histoire de droit sans doute...En tout cas, le facétieux lapin revint sporadiquement (accidentellement?) dans « L'Intrépide » au n°425, un an plus tard.

Ce personnage de dessin animé fut adapté en comic strip (2) par Chase Craig à partir de 1942 pour le Newspaper Entreprise Association (NEA), puis dessiné par  divers artistes dont essentiellement Roger Armstrong, Carl Buettner ou Ralph Heimdahl...
0030f9xa.jpg
En France, on retrouve le strip de Bugs Bunny dans « L’Intrépide » en 1949 puis dans « Spirou » en 1954, dans son propre magazine chez PEI/Sagédition et dans de nombreuses autres revues en "bouche trou" (3) puis dans "Trio," le journal de Raymond Maric. Notons quelques strips dans « Paris-Jour ».

Le zoo s'amuse (The comic zoo) par George Scarbo est une BD animalière imaginée dans les années 40 pour le NEA avec des personnages comme Blackie Bear (5,7,10,13,15,17,19,21,23,25). On retrouve cette bande au sommaire de "Mireille".scarbo.jpg

Animalville de Lynn Kascarbo_george_1937_wags-nr.jpgrp (et autres artistes comme Chad Grothkopf) est présent aux n°1-100 (1949-51) : cette série regroupe diverses bandes animalières dessinées pour Standard entre 1944 et 52 (firme Pine) mettant en scène Anatole le pingouin, Nestor, Sherlock, Rico, Goupil (Wilbur Fox), Tico Baby, Cremmy...personnages que l'on retrouve pour partie dans les différents petits formats de l'éditeur Cino del Duca.

Arthur et Zoé (Nancy and Sluggo) par Ernie Bushmiller aux n°1-608 (1949-61) : quelle admirable longévité pour des personnages pourtant à priori bien insignifiants!  Ils furent multipubliés jusque dans « Télé Poche » depuis le tout premier numéro du magazine télé et durant de très longues années mais aussi dans de nombreux autres titres de l'éditeur, y compris la presse féminine (4). Les deux héros firent la couverture de « L'Intrépide » détrônant Bunny du n°249 au 332 (il en furent à leur tour délogés par la nouvelle vedette de la revue, française, cette fois: Dicky l'intrépide par Robert Moreau). Forts de leur popularité, Arthur et Zoé auront leur propre mensuel en couleurs (25 numéros de janvier 1961 au 7 février 1963). Des albums plastifiées/brochés existent également (94 numéros, 1965-78).
arthur et zoé cv-copie-1D'abord appelé "Fritzi Ritz", le strip fut créé en 1922 par Larry Whittington dans "L'Evening World" de Pulitzer. Il fut ensuite repris en 1925 par Bushmiller qui créa le personnage de Nancy (alias Zoé), nièce de Fritzi en 1933, gamine afublée d'un noeud papillon rouge dans la coiffure brun et frisée qui pique rapidement la vedette à sa tante. Un an plus tard, il lui adjoint le personnage de Sluggo Smith, son copain vagabond chauve et souffre-douleur, affublé d'une casquette verte (Arthur) et la bande est dès lors rebaptisée Fritzi Ritz and Nancy puis rapidement Nancy (en 1940). Au début des années 80, l'artiste est aidé par des assistants comme Bernard Dibble, Al Pastino et  Will Johnson puis à son décès en 1982, Jerry Scott et Mark Lasky reprirent la série. En 1995, Guy et Brad Gilchrist redonnent un second souffle à la bande.
nancy425-1.jpg
La série a aussi été éditée en comic book dans « Tip Top » et « Spar Comics » (United Features) puis chez Dell/Gold Key (dessins de John Stanley)

Willie par Vic Green est un comic strip humoristique dont le héros est un garçonnet (n°3,5-7,11,24,26,28,31-140).

Le capitaine Cocorico (The captain and the kids) par Rudolph Dirks aux n°23-140, alias...Pim Pam Poum est un fameux comic strip américain distribué par UFS dans le « New York Journal » de Rudolph Earst (5), imaginé en 1897 sous le titre "The Katzenjammers Kids" par Rudolph Dirks, un auteur américain d'origine allemande où le duo de facétieux garnements Hans et Fritz (Pim et Poum) font subir les pires avanies à la brave Tante Pim, alias Die Mama (6).
img7.gif
Par la suite, l'auteur quitte le journal pour son concurrent, le « Wold » de Pullitzer : les deux groupes de presse se livrent alors une intense bataille juridique pour l
a détention des droits et la justice accorde à chacun de continuer la série, le « New York Journal » conservant le titre original des « Katzenjammers Kids », poursuivi par les dessinateurs Harold Knerr puis Doc Winer au décès du premier en 1949 et Joe Musial en 1956 (puis Mike Senich en 1977 et Hey Eisman), tous dans le style du créateur. Dirks, quant à lui poursuit son oeuvre sous le titre « Hans and Fritz » puis très vite « The Captain  and the kids » où désormais les deux frères s'en prennent au Capitaine/Der Captain, vieux marin qui ne pense qu'à gouter aux joies de la sieste. Diks créé aussi l'astronome, un vieux barbu (der inspector) et installe sa petite bande dans une île du pacifique. A partir de 1946, John, fils de Dirks l'assiste puis le remplace en 1958 et imagine les personnages de Miss Ross (miss Twinddle) et son fils Adolphe un blondinet frisotté (Rollo) qui devient la bête noir des deux frangins (à noter que parmi les amis de Nancy alias Zoé existe un Rollo physiquement très proche!!).
KatzenjammerKids1
La bande fut essentiellement publiée en France par l'éditeur Lug de 1955 jusqu'en 1973 avec des épisodes inédits de Jean Cézard qui réalisa même les couvertures (7).
Mais d'aussi vieux personnages firent bien plus tôt leur apparition en France, d'abord sous le titre  « Les méfaits des petits Chaperché » dans « Nos loisirs » en 1911 puis ils furent surtout publiés dans "Le Journal de Mickey" dès 1935 (version Knerr jusqu'en 1939 puis pendant de longues années dans le Journal de Mickey après-guerre, de 1961 à 1989) et dans "Hardi présente Donald" en 1947 (Knerr). On les retrouva aussi sous le titre de "Capitaine Fouchtroff" ("Junior" en 1937), "Les garnements" ("Bravo)" ou "Le capitaine Cocorico" (dans "Jumbo" à partir de 1935 ou "L'Intrépide"), dans « Mireille » sous le nom de « Le capitaine et les gosses » par Dirks aux n°165-169 (1957) et plus tard, "Le capitaine et les Kids" chez Sagédition (8).

L'espiègle sophie (Little Debbie) par Cecil Jensen est présente aux n°32sophie.jpg-88 et 113-120. C'est encore une fois une BD d'humour : ici, les facéties d'une gamine brune avec des nattes aux côtés de son oncle à barbiche et des ses deux copains, Anatole et Riri. Le strip fut aussi publié dans « Mireille » n°24-160 (juin 1954-57). A l'origine, c'est un comic strip publié dans le "Chicago Daily News" (janier 1949-61) sorte de spin off d'Elmo (l'oncle de Sophie à qui elle réserve ses meilleurs farces) créé en octobre 1946 pour le Registered & Tribune Syndicate.

Hody Dody (Howdy Doody) par Chad Grothkopf (n°113-128) adapte en comic strip (page du dimanche) pour l'UFS (1950-53) la fameuse marionnette d'un garçonnet aux USA qui eut son show TV et son heure de gloire de 1947 à 1960 (il eut aussi son comic book chez Dell Comic en 1950-56 et un dessin animé l'adapta par Gene Deitch).grothkopf howdy-doody

Don Winslow (Don Winslow of the navy) seule bande US réaliste de la revue (mais qui dura fort peu) est un héros patriotique de la marine américaine il nous fait partager ses aventures exotiques, d'espionnage accompagné de son ami Red Pennington, récits parfois à la limite du fantastique dans lesquels il combat notamment le Scorpion, chef de l'organisation Scorpia. « L'Intrépide » propose en 1952 la suite des épisodes pdonwinslowubliés dans "Tarzan"  depuis le n°272 de décembre 1951 jusqu'à la fusion du titre avec « L'Intrépide » mais ils ne durent que peu de temps dans le magazine (n°131-135). Le héros a été créé par le romancier Frank V Martinek et le dessinateur Léon A. Beroth et son assistant Carl Hammond pour le Bell Syndicate. L'objectif est clairement affiché : inciter les jeunes amérciains à s'engager dans la Navy. Don Winslow est publié dans le "New York Sun" dès le 5 mars 1934 et jusqu'au 30 juillet 1955 (Béroth sera assisté de Ken Ernst en 1940-42, Ed Moore qui remplace Hammond puis Al Levin). En france, le héros fut traduit dans « L'Audacieux », « L'Aventureux » en 1936, « Le journal de Mickey » (on l'y rebaptise « Bernard Tempête »!) puis « L'Astucieux » (sous le nom de « Capitaine Eric ») et après guerre dans « Tarzan » avant de finir sa carrière dans « L'Intrépide ».
Aux USA, où il connut plus de succès que chez nous, il fut adapté à la radio par NBC, en "sérials" sur grand écran entre 1941 et 1943 et une version vit le jour en comic book chez l'éditeur Fawcett dès 1943 (73 numéros par Carl Pfeufer et Edd Ashe).
superduck-cockeyed-wonder.jpg
Pour clore ce bref aperçu conscaré aux bandes américaines publiées dans "L'Intrépide" nouvelle série, signalons quelques planches d'un habitué de l'éditeur, Al Fago avec son Atom-Cat (Atom the cat) un chat super-héros grâce à la radio-activité, un énième dérivé de son plus grand succès, Atomic Mouse (n°454,455,458-461), notons la présence discrète d'un strip intitulé Plume au vent (gags datant de 1956 avec un petit indien distribués par l'United Features Syndicates) signé Mako (aux n°444,446,448 à 451, 454,456,464 et 503), quelques planches de la BD animalière Fifi et Cat, en guise de publicité pour la revue « Dicky le Fantastic » (n°377), le trappeur Daniel Boone (pub pour « Aventures Boum ») aux n°392,394,397,406,430 (9) , Babette, souris atomique d'Al Fago en guise de réclame pour la revue "Bambino" (n°420), Duck, une copie éhontée de Donald Duck en plus vulgaire aux n°472,473,475,476 qui est la traduction de Super Duck the cockeyed wonder une bande crée par Al Fagaly en 1943 pour MLJ/Archie (qui malgré ce côté vulgaire et son caractère de plagiat dura 17 ans !),  ou encore Tom-Tom, avec une planche publicitaire pour « Bilboquet » (ntom-tom°425) qui relate les aventures d'un émule de Zembla en culottes courtes : le jeune garçon vit des aventures dans la jungle, accompagné de ses amis l'éléphant Badaboum (Tree-Trunk), un pingouin, un phoque, « Peau de velours », le chimpanzé « Ousiti » (Itchi) et encore beaucoup d'autres (10).

fin de l'épisode-à suivre.

Fabrice Castanet

 

(1) il s'appela même Pierrot le coquin dans le petit format « Yo-Yo » du même éditeur !!

(2) bande quotidienne paraissant dans les journaux américains

(3) dans "Batman", "Batman Géant" (1re série), "Bugs Bunny Géant", "Bunny et ses amis", album broché, 1977, "Rintintin et Rusty" (n°15,16,56/57), "Le roi de la prairie" n°19 (1971), "Superman", "Tarzan géant", "Vedettes TV présente" n°17, "Whisky et Gogo".

(4) « Hurrah! »,  « Astrotomic », « Mireille » (n°223-397 en 1958-63), « Intimité », « Mode de Paris », Paris Jour », « Femmes d'aiujourd'hui », « Nous Deux »...

(5) magnat de la presse qui inspira Citizen Kane à Orson Welles.

(6) au départ, très s'inspiré de Max et Moritz, dessinés par Wilhelm Busch

(7) "Fiesta" n° 1-20 (1974-78), "Pim Pam Poum" n°1-55 (1955-61) puis "Pim Pam Poum Pipo" 1961-72, "Spécial Pim Pam Poum" de 1962 à 1973

(8) dessins de Rudolph Dirks chez Sagédition dans "Bugs Bunny" 3e série n°60,62,63, "Bugs Bunny magazine géant" n°14,15, "Rintintin et Rusty" n°40,41.
Autres publications : "Bravo!", "Charlie-Mensuel" (1978-81 aux n°116,117,120,126,129,132-139,142,143,146 et 149), "Story", "Lectures pour tous", "Jeunesse Sélection" n°2, "Rétro BD" n°16 (1979), "L'écho des savanes" n°39 (1978), chez DPE : 18 numéros de "(Pim Pam Poum le comic book" de 1981 à 1983, chez Gréantori en 1982
. Quelques albums existent : 1934-37
et en 1974 par Hachette ("Et que ça saute!"), Gags de Poche chez Dupuis, 2 volumes par Dirks (n°38 et 41), chez Slaktine, 1981, Bagherra en 91 ("Les kids"), Vents d'ouest en 94 ("Pim Pam Poum")...

(9) qui s'inspire du héros américain, ici, il s'agit de la version de Dell Comics puis Gold Key qui ont adapté la série télévisée de NBC, notamment dans "March of comics" avec des dessins de Harold Fred Fredericks puis Mike Roy, parus en France dans « Hurrah! » en 1956 puis « Aventures Boum » en 1957.

(10) tarzanide américain, en version parodique et enfantine. Il fut créé en 1947 sous le nom de Tom-Tom the jungle boy par l'éditeur Vin Sullivan pour Magazine Enterprises, pour seulement 3 numéros puis repris une décennie plus tard sous le titre de Tom Tom and Itchi the monk. Le personnage fut publié en France dans diverses revues du Groupe Chapelle (SNPI, SFPI, etc.). d'abord sous le nom de Hoppy (titré parfois "Hoppy, fils de la jungle") dans « Arc-en-ciel » en 1954-55 puis dans sa propre revue homonyme en 1955-56 et dans « Zappy » sous son nom d'origine, Tom-Tom. Les Editions Mondiales adaptèrent  ensuite le personnage sous son vrai nom dès le premier numéro de « Bilboquet » en 1957.


Tags : Arthur et Zoé, L'intrépide, Hurrah, Cino del Duca, Bugs Bunny, Babinet, Don Winslow, Pim Pam Poum

Repost 0
Published by Fabrice Castanet - dans Les Editions Mondiales
commenter cet article
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 16:19
L'intrépide deuxième série.
buvard.jpg
D'abord, il y eut après-guerre une première série de « L'intrépide» (qui était la suite de « L'Astucieux »), un périodique de BD en grand format, lancé le 8 décembre 1948 par le grand éditeur Cino del Duca (1) : il ne dura que 47 numéros cessant de paraître le 27 octobre 1949 malgré des BD françaises de grand qualité signées Bob Dan (Zorro, avec G. Fronval), Poïvet (Tumak), Raymond Cazanave (Rocambole), Rémy Bourlès (L'aigle des mers, Pour l'honneur ou les aventures de René la riposte (2)),  René Giffey (Marco gars du voyage) et quelques bandes italiennes (Petit Shérif) et américaines (Tarzan dans les premiers numéros).

Puis enfin, il y eut la deuxième série de l'Intrépide lancée le 10 novembre 1949 et à la durée plus pérenne mais qui subit quand même plusieurs changements au cours de son existence : la revue compta succebunny-intrepide.jpgssivement 16 planches puis 24 et 32, à nouveau 24 puis 64, le rythme de parution fut hebdomadaire puis bimensuel au n°595 au moment où les ventes s'effondrèrent. L'Intrépide proposa un melting-pot de BD françaises (beaucoup, surtout au début, signées des prestigieux Raymond Cazanave, Etienne Le Rallic, Bourlès, René Giffey, Fusco entre autres), italiennes (de plus en plus, au détriment des premières, en grande majorité issues du cousin transalpin "Il Intrepido" fondé en février 1935 par Domenico et Alceo Del Duca, les frères de Cino) américaines (peu et surtout des strips humoristiques, l'âge d'or était passé depuis belle lurette),  britanniques (surtout des westerns) belge et espagnole (anecdotique). La revue fut d'abord sous titréarthur-et-zoe-cv.jpge "le magazine des petits et des grands" et sa « Une » proposait une bande enfantine, puisqu'il s'agissait des aventures d'un lapin, Babinet qui en fait n'était rien moins que le fameux Bugs Bunny.

Au long des années, les couvertures de l'hebdomadaire en dirent long (ou pas!) sur l'évolution du titre : d'abord en "une" il y eut  donc très longtemps le strip de Bugs Bunny (il s'appella Babinet pendant les 51 premiers numéros) jusqu'au n°248, pas moins! Ensuite ce furent les bien fades Arthur et Zoé (n°249-332), un comic strip américain d'Ernie Bushmiller que l'on retrouva à toutes les sauces dans les diverses revues de l'éditeur-y compris la presse du coeur- puis Dicky l'intrépide du français Robert Moreau (n°333-380), bref du comique, de l'enfantin qui ne reflètait pas vraiment le contenu éditorial franchement plusintrepide-di-marco.jpg axé sur l'aventure ou le western. Par la suite, les couvertures se résumèrent à des peintures de Paul Ordner dont l'aspect réaliste était plus « raccord » avec les bandes proposées par la revue (parfois ce furent des photos comme au n°399...), puis, à partir du n°456, c'est à nouveau une BD comique, Zanzi, du vétéran Erik qui fit la "une" (partagée à partir du n°478 avec une vignette mettant en avant un personnage humoristique différent à chaque numéro comme le pingouin Pépino ou Krac, "magic Chien") et ce, jusqu'au n°498 avant le retour  (bref) de couvertures réalistes de Jean Sidobre (n°499-500). Finalement, c'est la bande d'aventures anglaise Rock l'invincible par Ron Embleton, et même Marcello (4) qui fit la couverture aux n°501-574, enfin, Angelo di Marco reprit la main dans la même veine que Sidobre ou Ordner dans un style réaliste « collant » parfaitement avec la BD principale proposée alors par l'illustré (n°575 à 629).
 
Les changements de formule se succédèrent : le 3 mai 1952, au n°131, l'hebdomadaire absorba « Tarzan » (alors à son 293 ème numéro)  passant pour l'occasion de 24 à 32 pages afin d'intégrer les séries de « Tarzan » comme Buffalo Bill (de René Giffey) ou L'insaisissable de Bourlès. En ce même mois de mai, la revue tira à 246 000 exemplaires alors qu'elle n'était éditée jusque là qu'à 112 700 (3). Au n°381, « L'Intrépide » fut pompeusement (et abusivement, mais après tout...) sous-titré « le plus grand magazine de la jeunesse moderne », et  comme pour mieux illustrer ce passage à un âge "adulte" l'enfantin Dicky fut débarqué de la première page. Parce qu'une première page, c'est quand même un édito en soi, mieux une identité...L'hebdomadaire subit encore des modifications dans la maquette aux n°574 puis 575 avec des couvertures peintes d'Angelo di Marco qui succèdèrent à la première page de "Rock l'invincible". Au n°595 il passa à 96 pages et devint pour l'occasion bimensuel, signe d'une baisse des ventes (5) .

Mais avant de mourir, rock.jpgL'Intrépide 2e série fusionna au n°501 avec son petit frère « Hurrah! » (qui lui même avait absorbé « Tarzan » 2e série à son 31e numéro) : il devint alors "L''intrépide Hurrah!" au format sensiblement plus petit avec du matériel essentiellement étranger (les bandes françaises étant réduites à la portion congrue avec quelques récits complets de Bourlès, Giffey ou Le Rallic) mais s'en sépara au 589, le 1er avril 1961 quand Del Duca tenta sans succès de relancer une 3e série de « Hurrah! », sa plus ancienne revue (1).

L'aventure de « L'Intrépide » s'acheva au 629 le 3 août 1962 lorsque le titre fut absorbé par « Mireille » (6) : il devint « Mireille l'Intrépide » au n°370, le 15 septembre 1962, une revue plus féminine avec moins de BD, davantage de rédactionnel, très-trop-dans l'air du temps : les si sinistres yéyés. Pilote aussi connut aussi cette dérive mais sut redresser la barque sous l'impulsion de Charlier et Goscinny. La revue ne fit pas long feu pour autant, et après être passée au format de poche cessa de paraître en  septembre 1964 au n°415, Del Duca arrêtant ensuite la BD pure pour se consacrer à son coeur de cible : la ménagère, avec sa presse du coeur : "Intimité", " Nous-Deux", etc.

Dans de prochains articles, nous étudierons plus en détail les bandes dessinées proposées par le périodique...

Fabrice Castanet

(1) un des 3 frères éditeurs milanais qui fonda les Editions Mondiales et créa notamment le périodique « Hurrah! » en juin 1935 puis « L'Aventureux » en mars 36 et des récits complets l'année suivante (cf. Le Collectionneur de BD n°57/58) cino del duca

(2) qui furent même publiées dans le cousin transalpin « Il Intrepido » sous le titre René l'indomito en 1951-52 et en France dans le périodique « Tarzan » en 1950 puis « L'Intrépide » et « Tarzan » 2e série et finalement « Hurrah! » jusqu'en 1957.

(3) info Collectionneur de BD

(4) Carlo Marcello a au moins dessiné la 502 et les recueils reliés 6 et 7 (info Hop).

(5 ) ce numéro contient une pub volante pour la nouvelle formule de « Hurrah! jeune homme » mars-avril 1961 (voir un prochain article).

(6) qui existait depuis 1953 et fut rachetée par Del Duca à Marijac 4 ans plus tard.

Tags : L'intrépide Hurrah, Cino del Duca, Il intrepido, babinet, Bugs Bunny, Rock l'invincible, Dicky le fantastique, angelo di marco
Repost 0
Published by Fabrice Castanet - dans Les Editions Mondiales
commenter cet article

Comics Vintage

  • : Comics Vintage
  • Comics Vintage
  • : Blog de Fabrice Castanet. Une encyclopédie de la BD populaire, d'autrefois celle qu'on lisait enfant : petits formats, illustrés, BD de kiosque et autres magazines. Ce blog est une modeste contribution à la connaisance (encore imparfaite) du monde de la BD populaire... Tout article de ce blog qui sera repris ailleurs nécessitera que l'auteur (Fabrice Castanet) et ce blog (lien obligatoire sur la toile) soient cités. Merci de votre compréhension.
  • Contact

Profil

  • Kastet
  • Dessinateur pour la Depêche Vétérinaire et Le Rapporteur (site Vétérinet), Le Cherche-Midi.
Articles sur la BD dans Pimpf Magazine, sur le blog "Comics Vintage".
  • Dessinateur pour la Depêche Vétérinaire et Le Rapporteur (site Vétérinet), Le Cherche-Midi. Articles sur la BD dans Pimpf Magazine, sur le blog "Comics Vintage".

Recherche

Archives